Oui à l’amour, non aux MST !

En France toutes les heures, une femme devient stérile à cause d’un MST. Si le danger majeur reste le virus du sida, on sait moins que d’autres maladies transmises sexuellement peuvent avoir des conséquences sérieuses. D’autant plus que souvent, elles présentent des signes si légers, qu’elles passent inaperçues : non seulement tu risque de contaminer ton/ta partenaire, sans le savoir, mais elle/il risque de mettre en péril sa fertilité. L’amour non protégé est dangereux. On ne le répétera jamais assez, votre première nuit d’amour se fera avec préservatif ou ne se fera pas !

L’herpès génital
Provoqué par un virus, cette MST est en pleine expansion : on estime que 22% de la population générale est contaminée. Une raison suffisante pour prendre des précautions, non ?
Sensations de brûlures, suivies de l’apparition de petites vésicules groupées en bouquet sur les organes génitaux ou à proximité. S’en suit fièvre, douleurs, courbatures.
Le préservatif est efficace pour lutter contre l’infection, mais par sécurité, il vaut mieux attendre que la crise soir terminée. En plus, le spectacle n’est pas beau à voir…

Les Condylomes
Dus à un virus de la famille des papillomavirus (vous savez, la pub !), les condylomes dont aussi partie des MST en progression.
Les symptômes sont des lésions non douloureuses qui peuvent prendre al forme de petites excroissances caractéristiques dites en « crête de coq ». Dans ce cas là, seul un frottis permet de les détecter.
Attention, un petit nombre de ces virus peuvent être impliqués dans l’apparition des cancers du col de l’utérus. D’où l’utilité de se soumettre régulièrement à des frottis gynécologiques.

La Chlamydiose
Due à une bactérie, elle touche surtout les femmes de moins de 25 ans : 10 à 20% d’entre vous seraient concernées.
Elle peut occasionner des pertes vaginales inhabituelles, des démangeaisons et des brûlures en urinant. Seule la prise d’antibiotiques (automatique dans ce cas là !) est efficace.

La Syphilis
On croyait l’ancienne « vérole » en voie de disparaître. Hélas, il n’en est rien. Depuis deux ou trois ans, cette maladie connaît une recrudescence spectaculaire.
Au début, les signes sont assez discrets : de petits boutons indolores qui peuvent apparaître, selon les pratiques sexuelles, dans la région génitale, anale ou buccale. Si  elle est soignée dès le départ, la syphilis relève d’un traitement simple : une seule piqûre d’antibiotiques suffit.

 

Dans tous les cas, dès les bons réflexes :

- Ne pas oublier de glisser des préservatifs dans son sac. Et les utiliser !
- Consulter au moindre signe suspect (premières démangeaisons ou rougeurs anormales). Pourquoi ne faut il pas avoir peur de consulter?
- Suivre son traitement jusqu’à son terme, me^me si les symptômes ont disparu !
- Prévenir son partenaire s’il on est porteur d’un MST ! C’est primordial !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>