Palestiniens, nouveau prolétaires!

A chaque période de l’histoire, il est une cause à défendre. Une cause juste dont la jeunesse tient la défense en évidence, et même en devoir. Je suis jeune, et je connais un peu ce qu’était par exemple, pendant les années soixante, l’âge d’or du communisme… Action directe, les maoïstes, pour les plus extremistes mais ce sont aussi les intellectuels, Sartre en premier, et d’autres…. et cet âge d’or du communisme est surtout l’âge d’or de l’engagement, et j’en suis un peu envieux. Alors, de quelle défense s’agissait-il? Un personnage, ambigu, mais omniprésent dans les textes : le prolétaire.

Qui a remplacé aujourd’hui que ce personnage archaïque, représentant la bonne lutte, la bonne cause? Il est évident et clair qu’il s’agit du palestinien. Personnage tout aussi vague, qui semble englober tous les peuples musulmans et arabes.
Par ailleurs, je pense que l’on peut dater la fin de ce personnage aux débuts des années 80, c’est à dire, la victoire de la gauche, et au sein de la gauche, du socialisme sur le communisme, mais aussi en 82, les évennements au Liban, l’armée israélienne dans Beyrouth, puis définitivement en 87/88, à la fois le début de la première Intifada, et la chute de l’URSS, du communisme. Le palestinien comme nouveau prolétaire?

D’abord, cette défense des palestiniens, doit, dans la perspective du véritable engagement, être accompagné et d’un anti-sionisme (anti-état des juifs), et d’un anti-amérianisme. Le conflit israélo-palestinien, est en fait analysé, au travers du regard européen, du reflex humanitaire: la victime juste, face à l’opresseur, mal.
Mais, là ou cette substitution du prolétaire par le palestinien est flagrante, c’est que le palestinin est le nouveau héros des partis d’extrêmes gauches… et comment se retenir de penser qu’il n’y a pas là, tactique politico-démagogique, pour, en France, récupérer le vote macif des personnes issues de l’immigration?
Bien sûr, je ne reviens pas sur le fait que la situation des palestiniens, et des réfugiés en particulier, est innacceptable, et doit changer. Mais si la question est celle de deux états, alors, voyons, et acceptons que les deux camps le méritent. Posons nous la question; dans lequel des deux camps cette volonté de deux états est-elle plus forte? Il y a chez les israéliens, tout comme chez les palestiniens, ils se sont retrouver récemment aux accords de Genève. Mais il y a une différence tout de même, et je vous laisserai en déduire ce que vous voudrez: Arafat est depuis plus de vingt ans à la tête de l’organisation palestinienne ; Israël connait Sharon, mais peut connaître un nouveau Shimon Peres. Choisissons le côté de la politique, la discussion, l’alternative possible.

Je ne vais pas insister ici sur la question d’israël, je ne vais pas parler d’une légitimité de cet état qui n’est plus à rechercher, ni du fait que c’est en soutenant un sionisme propalestinien que nous avancerons sur le chemin de la Paix.
Je souhaitais juste donner un regard sur l’extrême gauche française, et l’histoire des ces deux personnages, symboles, du prolétaire et du palestinien, et la reflexion qui doit préceder et accompagner l’engagement.
Merci, a bientôt. tostakiste

11 commentaires

  1. Anonyme

    Je comprends pas trop le rapport entre toutes les parties de l’article….
    En fait, on dirait plutot un ramassi d’idées qui n’ont rien à voir, toutes mélangées, pour prouver quoi???

    Bref, futur journaliste???
    Oui, peut-être… l’art de raconter n’importe quoi pour arriver à une conclusion sortie d’on ne sait où….

  2. gwen29

    je trouve que votre commentaire ne porte pas assez sur le problème de l’immigration en france! Et qu’il serait judicieux de proposer des solution a ce « fléau ». bon style d’écriture quand meme, on ne peut pas le nié.

  3. fati_fatime

    merci all in a day et baptiste…en fait pour répondre à supernova, partant de ton principe, beaucoup de textes sont du baratin, mais au moins, argumente stp.. déjà, the ripper brother est plus précis… ce qui réunis toutes ces partis, c’est l’extrême gauche, et la « cause juste » ; il y a quelque temps, il fallait défendre le « prolétaire », aujourd’hui, c’est le palestinien… mais en fait, cet engagement n’est pas assez réfléchi, il est rapide, c’est finalement résumé ce conflit complexe, à un méchant et un gentil…merci à ceux qui tentent de comprendre, mais c’est clair qu’il plus simple de dire: « baratin ». Dieu tout puissant, fidèle à lui même… @+tostakiste

  4. Anonyme

    Bon tout d’abord, je voudrais avouer kan lisan ce texte , je n’est rien appris de plus……, si ce n’est le fait ke tostakiste avais ce soir la le Petit Larousse sous la main(heyyyyyyyy non , pa Labousse , dieu tt puissan !!!).
    kan ta la syntaxe , rien a dire , je prefere me contenter de mon Bernard-Henry Lévy quotidien.
    Dieu tt puissan a dailleur traité d’un tres bon sujet ,ke jaten lire son article , et ke ferai bon nombre d’exemplaire chez nos ménageres…
    sans plus , manro!

  5. Anonyme

    Oui, donc en gros, c’est ce que je disais…
    Ça n’a absoluement rien à voir…
    Mais alors rien du tout.
    Le combat en palestine n’a rien de politique (et sûrement pas d’extrème gauche), c’est avant tout une guerre de religion (quoi qu’on en dise) et qui se base sur l’attribution de territoire.

    Bon, pour le combat d’extrême gauche, je préfère pas mettre de commentaire… (cause juste… BWAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA).

  6. Anonyme

    Tu donnes l’exemple même d’une simplification, d’une réduction simpliste de ce conflit. D’abord, car il y a deux conflits. Le conflit en Israël, celui qui tue (qui n’est plus réductible à une guerre de religion, il y a des israéliens non juifs) et le conflit d’idées, celui qu’on retrouve partout ailleurs dans le monde. C’est de ce deuxième conflit que je veux parler. Et en France, quand on voit se mêler, dans les manifestations contre la guerre en Irak, « Bush, Blair, Sharon, assassins », aux drapeaux israéliens brûlés, il est évident que c’est de la bêtise dangereuse.
    Cette extrême gauche, c’est la LCR, ce sont, aussi, les alter-mondialistes, qui au Forum Social européen, ou même sur le net (lisez les forums) fait l’apologie de Tarek Ramadan…
    La question, c’est pkoi l’extreme gauche française s’est brusquement impliqué dans ce conflit ? et d’une manière aussi inquiétante…

  7. Anonyme

    Non, non, c’est pas simpliste…
    C’est bien la religion qui cristalise le conflit, quoi qu’en dise les religieux en particulier…
    Il n’y aurait pas de divergence religieuse, il n’y aurait aucun problème….

    Il est évident que les amalgames nuisent fortement à tous et est dangeureux, personne ne le nie…

    Bien sûr, la raison de l’apporpriation de ces conflits par la politiques (l’extrême gauche) à pour but unique de récupérer des voies la où on peut….
    Bref, on s’amuse à inventer des problèmes (en France donc) pour pouvoir lutter contre…
    Belle conception.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>