Paris, New York, Mexico, Saint-Pétersbourg : la Gay Pride aux quatre coins du monde

Paris :

Dans une ambiance plutôt bon enfant, une dizaine de milliers de personnes se sont réunies  samedi dans les rues de Paris. Comme à chaque fois les estimations fluctuent en fonction du porte-parole : 99 000 personnes ont défilé selon les autorités et 800 000 selon les organisateurs.

Au programme de cette Gay Pride 2010 : « Violences, discriminations, assez ! Liberté et égalité, partout et toujours ! ». Un slogan pas innocent qui vient dénoncer la politique de Nicolas Sarkozy à laquelle les associations reprochent un recul dans l’évolution des droits des homosexuels en France. Notamment en ce qui concerne le mariage homosexuel, de nombreux élus de gauche présents à la manifestation en ont profité pour rappeler le retard de la France face à certains pays européens comme l’Espagne et le Portugal. Pour le porte-parole de l’Interassociative lesbienne, gay, bi et transsexuelle (Inter LGBT) qui réunit 60 associations parle d’un « blocage d’une partie de la droite, qui bloque toute avancée des droits » constat effectué au regard des sondages qui affirment que « 65% des français sont favorables au mariage gay et 57% favorables à l’adoption ».

Les associations réclament le droit de se marier pour les personnes de même sexe depuis déjà longtemps. Autre sujet qui mériterait une amélioration : le PACSSans la Gay Pride, le Pacs n’aurait jamais existé » précise une manifestante), les associations réclament que celui-ci ne soit plus prononcé au Tribunal de Grande Instance mais à la Mairie et qu’un versement de pension de réversion en cas de décès soit prévu.

Mexico :

Plusieurs milliers de personnes ont participé à la marche dans la capitale mexicaine. Elles ont ainsi célébré la décision récente et historique de la ville d’autoriser le mariage homosexuel. La municipalité de gauche a effectivement accepté de le légaliser, faisant ainsi de Mexico la première ville d’Amérique latine à autoriser le mariage gay, au détriment des conservateurs et groupes religieux outrés par la décision.

New York :

La ville créatrice de cet événement devenu mondial et emblématique de l’affirmation de la communauté gay dans la société, organise tous les ans la plus grande Gay Pride du Monde. Un véritable festival de manifestations, de défilés et de concerts qui ont duré du 19 au 27 juin !

Saint-Pétersbourg :  


Autre ambiance à Saint-Pétersbourg, la manifestation non autorisée par les autorités locales sous prétexte que les espaces prévus pour l’occasion  étaient « occupés », a tout de même eu lieu. Les manifestants ont ainsi réussi à se faufiler entre les touristes pour brandir leurs pancartes dans le célèbre musée l’Ermitage pendant quelques minutes : « L’homophobie est une maladie » « Egalité des droits sans compromis ». Cinq manifestants ont été interpellés par les forces de l’ordre. Cependant, les manifestants sont satisfaits de leur tactique pour éviter la confrontation avec les militants homophobes très actifs en Russie : changer plusieurs fois le lieu de manifestation prévu et dévoiler celui-ci au dernier moment aux journalistes. Un militant a ainsi déclaré « nous avons voulu éviter la confrontation et nous avons réussi » mais a précisé « c’est scandaleux, que la police nous ait stoppés et ne nous ait pas laissé parler de la violation de nos droits ». Il faut dire que la cause homosexuelle est loin d’être une préoccupation du gouvernement russe puisque les manifestations sont régulièrement interdites dans le pays. Rien d’étonnant lorsque l’on entend le maire de Moscou déclarer que les Gay Pride sont « l’œuvre de Satan ».

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>