PIERCINGS

Chaque endroit où le body piercing est pratiqué possède ses origines :

L’oreille
Un piercing au lobe de l’oreille permettait parfois de distinguer une riche personne d’une pauvre. Aujourd’hui, c’est l’endroit le plus courant où porter un piercing.
Autrefois, les marins se perçaient l’oreille croyant que leur piercing pouvait améliorer leur vision, alors que les romains associaient un piercing à l’oreille avec la richesse et le luxe. Les tribus d’Amérique du Sud et d’Afrique perçaient leurs oreilles et agrandissaient le trou, similaire aux « flesh tunnels » que l’on voit aujourd’hui. Plus grand était le trou, plus élevé était le rang social.

Le nez
Le piercing au nez pris son origine au Moyen-Orient il y a environ 4000 ans, pour se répendre en Inde au 16ème siècle, où il fut rapidement adopté par les castes nobles. La sorte de bijou porté pouvait distinguer le plus riche d’une caste ou d’un rang social, comme un titre, ou même une carte d’identité.
Le piercing fut introduit à l’ouest par la culture « Hippy », qui voyagea jusqu’en Inde dans les années 1960 et 1970. Il fut rapidement adopté par les « Punks » et les autres jeunes cultures des années 1980 et 1990, jusqu’à ce que sont utilisation soit devenue plus populaire dans le nouveau millénaire.

La langue
Dans les anciens temples aztèques et mayas, les Grands Prêtres perçaient leur langue pour prendre part au rituel qui leur permettait de communiquer avec les dieux. Quelques millénaires plus tard, le piercing à la langue est toujours populaire, mais pour différentes raisons. Les hommes et les femmes peuvent y trouver un excitant sexuel.

La lèvre
La bouche et les lèvres sont des parties sensuelles du corps et leur pouvoir agit comme un aphrodisiaque. C’est pourquoi il est naturel que seules les plus hautes castes des Aztèques et des Mayas pouvaient orner leu lèvres avec des labrets en or pur. En Afrique, les femmes des tribus Makololo et Malawi portaient des assiètes appelées « Pelele » à leur lèvre suppérieur, afin d’exciter les hommes de leur tribus. Les tribus d’Amérique centrale et du Sud perçaient leurs lèvres inféreiures afin d’étirer un trou et y placer une assiète en bois.
Aujourd’hui, le piercing au lèvre est plus commun parmi la population, plus souvent à la lèvre inférieure. Cependant, le piercing à la lèvre suppérieure est devenue récemment populaire, comme fameuse marque de beauté de « Madonna » ou de « Cindy Crawford ».

Le sein
Parfois, le piercing au mammelon était considéré comme un signe de force, de virilité et d’endurance. Les autochtones d’Amérique centrale se perçaient les mamelons comme une marque de transition vers l’âge adulte. Les hauts gardes de Césars romains désiraient également percer leurs mamelons dans le but de montrer leur force et leur devoir de protéger leur empereur. On disait que le bijou qu’il portait à leurs mamelons permettait de tenir leur cap en place.
Vers 1890, durant l’époque victorienne, cela faisait fureur pour les femmes de percer leur mamelon et y placer un piercing provenant des célèbres bijoutiers de Paris. Certaines avaient parfois leur deux mamelon percés et reliés l’un à l’autre par une chaîne en argent.
Aujourd’hui, le piercing au mamelon devient de plus en plus commun.

Le nombril
La première connaissance du piercing au nombril remonte aux anciennes civilisations d’Egypte. Ensuite, seul les Pharaons et leur familles royales avaient le droit de percer leur nombril. Les paysans qui enfreignaient cette loi étaient executés. Cependant, si une fille de paysan était née avec « Le nombril parfait », il lui était parfois permi d’avoir un piercing, élevant ainsi son rang social.
Aujourd’hui, le piercing au nombril est l’un des plus populaire.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>