Plus de sport à l’école : la solution aux problèmes scolaires ?

Plus de sport à l’école, voilà le nouveau projet de l’éducation nationale. Dès la rentrée prochaine, une centaine de collèges et de lycées testeront une organisation basée sur le concept de la matinée réservée aux cours traditionnels et l’après-midi destinée à la pratique du sport. Cette expérience se déroulera sur trois ans avant d’en tirer le bilan.

Le but :

L’objectif de cette méthode déjà utilisée dans d’autres pays notamment Outre-Rhin, serait de lutter contre les problèmes qui se posent actuellement dans les établissements scolaires  à savoir la violence et l’absentéisme.  Le ministre précise ainsi au Parisien « Dans les pays où cette expérimentation est étendue, cela a eu des résultats en matière d’absentéisme scolaire : les élèves peuvent s’épanouir différemment, et cela permet de prévenir la violence ». Le sport comme solution miracle, Luc Chatel semble être persuadé de l’efficacité de la méthode « Faire du sport à l’école, c’est très important. Les valeurs de l’école et les valeurs du sport sont intimement liées : le goût de l’effort, le respect de la règle, l’apprentissage du collectif » a-t-il renchéri sur l’antenne de France Info.

Et ce n’est pas le seul politique convaincu, Nicolas Sarkozy avait en effet déjà exprimé des propos quasi identiques il y a quelques temps et en 2009, le député UMP des Yvelines, David Douillet (ancien sportif de haut niveau, il est utile de le rappeler…) avait déclaré que pour lutter contre les « attaques exogènes » que sont le tabac, l’alcool et la drogue, il faudrait que les jeunes pratiquent au moins six heures de sport par semaine… et oui le sport c’est la santé !

Le fonctionnement :

Dans les lycées et collèges concernés par le test seuls trois classes par établissement seront organisées selon la nouvelle méthode. Les journées seront divisées de cette manière : de 8h30 à 13h, cours (avec pause déjeuner incluse) et de 14h à 16h30, activités sportives. Un soutien scolaire sera également proposé jusqu’à 18h30. Avec une diminution aussi importante de la quantité de cours, on se demande bien évidemment si les vacances seront du coup raccourcies. Actuellement pas de réponses claires n’ont été apportées à ce sujet. Selon un sondage la majorité des français seraient assez favorables à la diminution du temps de vacances l’été afin que les journées de cours soient moins lourdes à supporter pour les élèves. Mais les  principaux concernés sont loin d’être du même avis puisqu’une centaine d’élèves se sont déjà rassemblés au début du mois afin de protester contre la réduction des vacances.

Les doutes et les interrogations que l’on est en droit de se poser :

Le sport viendrait donc répondre aux problèmes de violence et d’absentéisme devenus trop fréquents. Mais qu’en est-il alors du problème plus profond et certainement plus préoccupant de la baisse du niveau scolaire avérée pour l’orthographe, la lecture et le calcul mental. Au collège, de nombreux élèves se retrouvent en difficulté lorsqu’il s’agit de lire ou d’écrire alors que ces notions devraient être acquises à cet âge. On peut donc se demander  comment le remplacement d’une après-midi de cours par du sport pourrait-il pallier  ce manque d’acquisition des bases essentielles à l’avenir de n’importe quel élève ?

De plus, ce qui apparait relativement curieux dans la mise en place du projet c’est que celui-ci est censé s’appuyer sur le système allemand. Or ce modèle est en train d’être totalement repensé en Allemagne en raison des résultats très décevants enregistrés par le pays en matière de résultats scolaires lors des études comparatives entre états européens. Ironie du sort : l’Allemagne tend actuellement à s’appuyer sur le modèle français en revenant au système de programme scolaire dispensé sur la journée…

Le gouvernement considère que les jeunes ne pratiquent pas assez de sport pourtant, si l’on en croit les chiffres, avec 700 000 inscrits dans les associations sportives et une part majoritaire de jeunes parmi les titulaires de licences sportives, la France n’a pas à rougir et tient une place tout à fait respectable dans la pratique du sport chez les adolescents sur le plan international.

Le sport devient le nouveau crédo à suivre, l’élément clé, la réponse à tout ! Pourtant si l’on s’appuie sur le système allemand comme le revendique le ministre de l’éducation, le système n’est pas destiné à privilégier uniquement le sport.  Les élèves sont libres l’après-midi pour vaquer aux occupations qui les intéressent. Le sport est donc choisi par de nombreux élèves mais c’est aussi les activités culturelles et artistiques qui sont mises en avant au même titre, telles que la musique, le théâtre, la danse etc. La diversité et le libre choix des activités semblent davantage s’inscrire dans un objectif d’ouverture de l’esprit et de curiosité intellectuelle, valeurs pronées depuis post 68 dans le programme de l’éducation nationale. Difficile alors de comprendre cette focalisation sur le sport souhaitée dans l’éducation nationale française.  Il faut laisser les sportifs se défouler et s’exercer tout comme il faut laisser les âmes artistiques développer et entretenir leur créativité.

Enfin la dernière question qui se pose est la mise en place d’un point de vue pratique d’un tel fonctionnement. Prévoir des activités sportives tous les après-midi demande des équipements adaptés et du personnel. Le secrétaire général du SNEP-FSU, Serge Chabrol a ainsi précisé que pour l’instant il n’était pas possible de généraliser ce système alors que l’éducation nationale ne prévoit « qu’un seul recrutement pour trois départs en retraite ». Le ministre ne prévoit cependant pas de recruter de nouveaux professeurs d’EPS, il compte uniquement sur des partenariats avec les associations sportives et un appui des collectivités locales. Une somme de 5 000 euros sera néanmoins versée aux établissements afin de régler les problèmes d’équipement et de transports.

On remplace les cours par le sport, les professeurs par des acteurs extérieurs à l’éducation nationale. Une décision qui laisse pantois…

Agnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>