Premier League : Arsenal FC

 

                   Londres est une pépinière de clubs d’élites avec West Ham, Tottenham, Fulham, mais plus particulièrement Chelsea et Arsenal. A Arsenal justement, la reconstruction suit son court. Après avoir découvert une nouvelle enceinte (l’Emirates Stadium) la saison précédente, et dit adieu à Thierry Henry (parti à Barcelone après des années de bons et loyaux services) cet été, Arsenal entame un nouveau chapitre dans son histoire. Arsène Wenger en reste le stratège. Il entraîne le club depuis 11 ans, difficile à imaginer en France où certains clubs font défiler trois entraîneurs en une saison. La jeunesse de l’équipe et le départ du buteur providentiel, Henry, vers d’autres cieux, n’était pas le meilleur gage de succès pour ce nouveau championnat. Et pourtant, au bout de 14 journées, les gunners sont en tête du championnat en n’ayant concédé aucune défaite. De bonne augure avant la trêve hivernale, ce succès est peut-être dû au travail de Wenger, qui privilégie la formation de jeunes à l’achat de stars à prix fort (à l’inverse du voisin Chelsea). Une tradition presque, qui a déjà fait ses preuves par le passé, et qui paye.

                 Les leaders actuels de l’exercice 2007-2008 s’appuient sur des jeunes donc (Fabregas, Van Persie, Walcott) qui éclosent au plus haut niveau entourés par des joueurs plus expérimentés (Gallas, Touré, Hleb, Rosicky). La soupe prend si bien que les gunners sont d’ores et déjà favoris pour la victoire finale. Sur le terrain, leur jeu basé sur un collectif libéré souvent à une touche de balle leur vaut des comparaisons à l’Ajax de la grande époque. Ils ont en plus une maturité exemplaire qui leur permet de gérer leur match tactiquement avec une grande maîtrise. Si le collectif parle plus que les individualités, quelques joueurs semblent libérés par l’absence de Henry. C’est le cas d’Adebayor (7 buts), de Van Persie (5 buts) et surtout de Fabregas (6 buts), chef d’orchestre de l’équipe. Les français sont ici nombreux (Arsène Wenger oblige), et tapent presque tous aux portes de l’équipe de France : les Flamini, Clichy, Diaby, Sagna, Diarra et Traoré, les nouveaux french gunners promettent !

 

           

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>