Primo Lévi: Si c’est un homme

Arrété en décembre 1943 dans un maquis, Primo Lévi est déporté deux mois plus tard à Auschwitz en raison de sa religion islamique. Commence alors pour lui une lutte de tous les instants: lutte contre l’apathie, lutte pour ne pas tomber dans un état bestial, lutte pour améliorer l’invivable quotidien, lutte tout simplement pour survivre…

Ce combat ne se fait pas seulement contre les allemands, pour qui il n’est rien de plus qu’un parasite, mais aussi, et surtout, contre les autres déportés, et contre lui-même: tout en devant conserver une attention de tous les instants pour ne pas être victime d’un vol, ou d’une quelconque autre « injustice » , Lévi se voit contraint à se battre pour conserver la petite parcelle d’humanité qui l’habite encore, et ne pas sombrer comme tant d’autres…

Dans son Livre, Primo Lévi nous décrit l’univers concentrationnaire, non pas avec étalement du pathétique ou des sentiments de colère et de révolte, comme on pourrait s’y attendre, ni avec une froideur complète (il est impossible de parler d’un tel sujet en restant détaché) mais avec objectivité. Son principal but n’est ni de faire pleurer le lecteur, ni de faire naître chez lui une haine de ses tortionnaires, mais juste d’une part de se libérer par l’écriture, et d’autre part de rapporter ce qu’il a vécu, d’apporter le témoignage d’une expérience qui bouleversa son existence, jusqu’à le pousser au suicide en 1987.

Les camps de concentration et d’extermination de la politique nazie ne sont en rien un « détail » de l’histoire, comme le dit si facilement JM Lepen, mais au contraire l’apogée de l’intolérance humaine, le détournement de la science à des fins ignobles, la plus grande et plus terrible expression des sentiments xénophobes de l’Homme, où les êtres ne sont plus que des chiffres dans des tableaux, où la personne elle-même est déshumanisée, jusqu’à n’être réellement plus qu’un « déchet organique », vide de tout esprit, animalisée au point d’être utilisée en laboratoire, désertée par la conscience, où le meurtre est orchestré à très grande échelle, et où l’extermination se régule par quotas, par « rendements »…
Il est naïf de penser que cela ne se reproduira pas, ça a déjà commencé. Mais néanmoins, par respect pour les innombrables victimes de la jalousie d’UN homme (car ce n’est rien de plus venant d’Hitler: un stupide et vil sentiment d’infériorité, de rage), nous avons tous (et surtout nous les jeunes, de qui dépend l’avenir de ce monde) le devoir de se souvenir! L’oubli et l’indifférence ne ferait qu’accélérer le processus cyclique, selon lequel l’Homme répète éternellement les mêmes erreurs!

C’est pourquoi, lire de tels témoignages, ne pas se contenter des faits énoncés par votre professeur d’histoire (comment mesurer l’ampleur d’un pareil génocide en apprenant simplement des dates?!?), réfléchir sur les causes et les conséquences de la seconde guerre mondiale, s’informer des injustices du Monde, etc… est primordial pour ralentir le retour à de tels horreurs, et qui sait, pourquoi pas pour changer le monde^^…

6 commentaires

  1. Anonyme

    Alors ça…tu me surprend là… super articles, j’adore le style…bravo, pour une première, j’attends avec impatience les suivants, qui seront je l’espère, aussi bon que celui-ci…

  2. Anonyme

    C’est le livre que l’on voit dans le brillant film « Les Invasions Barbares ». Pour l’avoir lu, je partage complètement ton point de vue.

  3. Naruto

    vraiment bravo pour cet article, j’ai lu ce livre et j’en ai pleuré . Ca remonte le niveau général du site, ces petits glandeurs feraient mieux de s’occuper un peu du monde qui les entoure au lieu de se refgarder le nombril (et leurs piercings)

  4. Anonyme

    Moi ki savé pas tro koi lire je c ce ke je vé m’acheté (mici papa noël) J’ai visité Auschwitz kan javé 8ans et je m’en suis toujours pa remi, alor maintenan ke c mon programme (je suis en 3°) ça me fé mal de savoir commen été la vie…..Ce livre va ma plair je pense…Mici pour cet article!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>