Profession journaliste

L’école de journaliste de Lille, fondée en 1924 rayonne. Elle forme chaque année une centaine de jeunes : c’est le centre reconnu qui fournit le plus de journalistes à la profession. Un rayonnement au niveau international aussi. L’ESJ apporte son savoir-faire dans une cinquantaine de pays, du Vietnam à l’Afrique du sud en passant par la Pologne ou le Canada. Cette vocation internationale accompagne l’ESJ quasiment depuis sa fondation.

De 3 à 3000

Pionnière de l’enseignement du journalisme en France, l’ESJ Lille a ouvert ses portes avec 3 étudiants en 1924. Fondée par Paul Verschave, l’institution a démarré dans les murs de l’université catholique. En 1981, elle rejoint ses actuels locaux de la rue Gauthier de Châtillon. Aujourd’hui, l’ESJ, octogénaire, s’enorgueillit de la formation de 3000 journalistes, qui exercent en presse écrite ou dans l’audiovisuel. Les anciens vivent et travaillent dans près de 80 pays, une centaine bossent à l’AFP, près de 150 dans la presse quotidienne nationale, française ou belge, plusieurs centaines dans la presse quotidienne régionale
Plus de 300 anciens sont à l’antenne des radios et télévisions françaises ou étrangère, parmi eux : Thomas Hugues (TF1), Ulysse Gosset (France3), Bernard Benyamin (France2).

Un permis de conduire journalistique

60% des journalistes américains et canadiens sont formés dans des écoles de journalisme, 35% en France. (Cocorico !)
On peut devenir journaliste sans être passé par une école de journalisme et c’est d’ailleurs souhaitable pour la diversité des origines qui favorise la diversité des regards sur l’actualité. Pourtant, « je suis tout de même un peu choqué à l’idée qu’il faut un CAP de mécanique auto pour ouvrir un garage et qu’il ne faut pas de « permis de conduire journalistique » pour écrire dans un journal » expliquait Hervé Bourges, actuel président de l’ESJ. Pour guider ceux qui n’ont pas faire d’école et qui démarrent, deux semaines de formation sur la pratique du métier, le droit et l’éthique de la presse sont mis en place. D’autant que le métier est de plus en plus dur : moins de temps pour le faire, il faut travailler sur des longueurs de plus en plus faibles et la complexité des choses est de plus en plus grande. En revanche les qualités de base indispensables à l’exercice de la profession n’ont pas changé depuis des lustres : curiosité, sens civique, qualités rédactionnelles.

Pourquoi devenir journaliste ?

Tant de jeunes veulent devenir journalistes alors que la presse est souvent dénigrée. C’est là le paradoxe de la profession. Dans les années 90, l’image dominante du journaliste en France était celle d’une sorte de travailleur social. L’image de l’investigateur arrivait en seconde place. Aujourd’hui, on veut être journaliste pour jouer un rôle positif dans la société, pour informer. Trois choses se ont pourtant accentuées. La nature des problèmes à traiter est d’une forte complexité. Dans les média généralistes, l’information est d’une nature bien plus différenciée qu’avant : environnement, sciences, santé, en plus de tout le reste. D’où la nécessité d’être très pointu. Enfin, les journalistes sont face à un public de plus en plus informé. Ces lecteurs sont donc de plus en plus critiques.

Pour plus d’infos: Site de l’ESJ

7 commentaires

  1. Danny the Dog

    Ah…
    Bah pour note, dans deux ans ouvre Science Po Menton, qui est une annexe de Science Po Paris spécial journaliste (veux faire ma prépa là baaaas.. ^^) et je crois que ça promet …
    ‘Fin en attendant, moi je dis vive le Gonzo, même s’il est mort avec Hunter Thompson… et avec cette manière beaucoup trop structurée d’informer. Peut être révolutionnera tu tout ça, on sait jamais!

  2. Marmotte

    Sache qd meme que les annexes de Sciences po, quelles soient de menton de lille ou de paris, ne st pas reconnues par la profession! En d’autres termes, tu postules pour un job, pas sure d’obtenir ta carte de presse, ou alors, apres 2 ou 3 ans de pige!

  3. Anonyme

    Vu que c’est le premier centre dans son genre qui t’assure un avenir de journalisme, le diplome même s’il n’est pas celui de Science Po Paris aura bien sa valeur.. Les profs choisit sont loins d’être les plus mauvais.. Mais ce qui m’interesse c’est surtout les prépas ^^ (spé Proche Orient, Europe Occidentale, Asie Mineur… et autre…) après je compte plutot m’orienter vers l’ENA pour ma part..

  4. Anonyme

    Allez voir le site de sciences po paris il est super bien fait! Pour ma part je dis bravo a all in a day pour son super article! Jepense ke je vais faire sciences po paris et après l’ena histoire de m’assurer une petite retraite bien pépère!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>