Renan Luce – On n’est pas à une bêtise près

Après le phénoménal succès de Repenti, un premier album sorti en septembre 2006, Renan Luce voulait écrire la page suivante de son aventure. Tandis que le quatrième single extrait de son disque, « Monsieur Marcel », tournait sur toutes les radios françaises, il a mis en chantier « Le Clan des miros », son deuxième album.

Pour ce nouvel opus, Renan Luce n’a pas cédé à la tentation d’enregistrer un Repenti-bis. Quelques chansons avaient été écrites, déjà, lorsque le succès de la tournée l’avait conduit à rallonger sa setlist. Et, à la différence évidemment des chansons de Repenti, il a travaillé « avec une vision d’album. Je savais ce qu’il me fallait en chansons lentes ou rapides, en histoires et en chansons plus personnelles. Je pensais à l’équilibre, à ce que l’album soit homogène ou tout du moins cohérent. » En outre, Renan Luce a été choisi par Laurent Tirard pour figurer  au générique de fin du très attendu « Le Petit Nicolas », avec une chanson inédite : « On n’est pas à une bêtise près ».

On retrouve évidemment son goût du portrait vécu, ses anecdotes abracadabrantes et ordinaires à la fois, ses coups d’œil délirants sur le quotidien, ses personnages résolument hors normes, ses confidences voilées de brume. Il avoue que « Aux timides anonymes » ressemble à un autoportrait (encore que…), que « La Fille de la bande » ou « Nantes » n’ont pas l’air d’être des histoires d’aujourd’hui mais pourraient l’être, que les émois de « Rue de l’Oiseau-Lyre » ressemblent aux siens… Ce sentimental pudique aime dévoiler des confidences obliques et des sourires mélancoliques, dans des chansons-films qu’on imagine volontiers en noir et blanc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>