Samu Social : la campagne choc sur les sans abris

Quatre SDF parisiens volontaires se sont équipés de lunettes avec des micros caméras intégrées afin de filmer leur quotidien. Ce reportage de 24h est disponible sur le site www.danslapeaudunsansabri.com. Lorsque l’on se connecte, on prend le film en cours à l’heure à laquelle on arrive sur la page, les minutes défilent en bas de l’écran donnant un aspect authentique à l’image. En temps réel, sans montage, on suit la vie du SDF à travers son regard : la lenteur des journées, le regard des passants, les difficultés de la manche, les altercations, l’alcool… Et lorsque l’on veut quitter la page, un message apparait : « Désolé, sortir de la rue est beaucoup plus difficile », la page est bloquée et pour en ressortir il faut cliquer sur le lien du Samu Social qui nous redirige vers une invitation à faire une donation en faveur des sans abris.

Une campagne choc criante de vérité dont le concept ingénieux change des longs discours ou des affiches de prévention qui n’ont finalement plus beaucoup d’impact. En tant que public, on est pris à part et on ne peut évidemment pas rester indifférent face à cette réalité exposée sans artifice. Véronique Sels, directrice de création chez Publicis a expliqué le concept à l’AFP : « Ce n’est ni un reportage, ni un documentaire, ni de la téléréalité, ce n’est jamais fabriqué. On voulait montrer quelque chose de brut de décoffrage, en temps réel, sans aucun parti –pris de montage, de choix des meilleurs moments […] On voulait susciter un choc auprès du grand public et surtout le rendre participatif en l’obligeant à se connecter pour faire l’effort de regarder ».

Même si le Samu Social appelle bien évidemment aux dons, son objectif principal par le biais de ce concept, est de réveiller les consciences, d’appeler à la responsabilité collective, à la reconnaissance de ces individus trop souvent mal considérés. Cette campagne vise à sensibiliser la population autour de « l’asphaltisation » mot inventé par la psychiatre Sylvie Quesemand Zucca mobilisée avec l’association pour expliquer le phénomène de ces personnes qui restent sur le trottoir soudées au sol sans espoir de s’en sortir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>