Sex and the city 2 débarque en France !

Les quatre inséparables copines New-Yorkaises reviennent sur grand écran. Les fans pourront donc dès aujourd’hui se précipiter vers les salles obscures pour découvrir les nouvelles aventures de Carrie, Samantha, Miranda et Charlotte.

Trois d’entre elles sont désormais mariées et se retrouvent confrontées à leur nouvelle vie familiale et les affres de celle-ci. L’ennui, la routine, la vieillesse les guettent mais heureusement Samantha est là pout les aider à fuir le quotidien. A l’occasion d’un voyage d’affaire, elles vont  se rendre à Abu Dhabi où elles vont devoir s’adapter à une culture totalement différente de la leur.

Confrontation et choc des cultures très critiqués par la presse qui de manière quasi unanime regrette le manque de finesse et l’exagération bourrée de clichés des mœurs des pays musulmans ; les habitants d’Abu Dhabi sont ainsi assimilés à des misogynes fanatiques. Certains journalistes iront même jusqu’à dire que le film reflète l’image d’une Amérique souhaitée par la conservatrice Sarah Palin.

La presse se rejoint également sur le rôle de Samantha tenu par Kim Cattrall qui est particulièrement croustillant. Elle vole totalement la vedette à l’héroïne principale censée être Carrie (Sarah Jessica Parker). Toujours au cœur des scènes les plus drôles, elle est mémorable dans ce rôle de quinqua nympho qui doit faire face à la ménopause et à la baisse de sa libido.

S’il est toujours agréable de retrouver les quatres fashionistas toujours aussi attachantes et de redécouvrir l’esprit de la série toujours aussi drôle, Sex and The City 2 semble s’appuyer essentiellement sur un étalage de luxe, de grandes marques et jouer la carte du bling bling à outrance. Pour certains, c’est indigeste, pour d’autres c’est justement ça qui fait du film un délice !

Extraits des critiques presse :

« Ce deuxième volet joue à fond la carte du mauvais goût. Et c’est ça qui est drôle» Le Parisien
«  Bref, la qualité du film est à l’image de son propos : de mauvais goût. Et c’est cela aussi qui en fait l’intérêt. »  Le Monde
 

«  Cette superproduction de 100 millions de dollars prend la forme d’un gros loukoum bien sucré. Pas déplaisant, mais un rien bourratif ! »  Le Figaro
  « Un nouvel opus qui retrouve la verve du petit écran mais se noie dans le tape à l’oeil, reconquiert le ‘Sex’ mais occulte ‘the City’. Pas facile de faire durer le plaisir… » Evene

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>