Sommes nous tous des Américains?

Ce que l’on pense d’eux… à tort ou à raison

A) C’est la terre de tous les possibles. Ca l’était au temps des pionniers ou des émigrés du début du siècle. Ca l’est encore aujourd’hui : on peut y débarquer sans un sou en poche et faire fortune ou devenir célèbre des années plus tard. Le rêve américain n’est pas mort, même s’il n’est pas réaliste.

B) Tout part de là. Les grands changements de société, les modes, les découvertes médicales, les innovations technologiques… Quand c’est aux USA, on sait que « ça va bientôt arriver chez nous »

C) Ce sont des gens qui aiment la vie, qui ne la regardent pas avec scepticisme. Ils sont résolument optimistes et enthousiastes. Ils savent fêter Noël et Thanksgiving en y mettant de la gaieté et des symboles qui nous ramènent au monde de notre enfance.

D) Ils sont efficaces et ils savent faire. Pour eux rien n‘est impossible. Ils ont marché sur la lune et quand ils installent un campement à l’autre bout du monde, dans un quasi-désert, l’eau de leur bain est toujours chaude et ils trouvent des glaçons dans leur whisky.

E) C’est la société de tous les excès mais elle génère en même temps ses propres antidotes. Les associations de consommateurs n’ont jamais été aussi fortes que dans ce temple de la consommation. Dans cette nation réputée individualiste, les organisations caritatives récoltent plus d’argent qu’ailleurs. Au pays du tout-libéral, les associations alter-mondialistes représentent de vrais contre-pouvoirs.

F) Sans les américains que serions nous aujourd’hui ? « Nous serions en Germanie » chantait autrefois Sardou. Deux fois lors des conflits mondiaux de 14-18 et de 39-45, les américains sont venus à la rescousse. Leurs boys sont morts sur notre sol pour nous rendre notre liberté…

G) Ils ont lutté, avec ML King, pour les droits civiques des minorités.

H) Ils sont les rois de l’image, des images. Hollywood est une fabrique de rêves. On aime les américains dans les films de Speilberg , de Woody Allen ; pour l’univers de Walt Disney, pour leur maîtrise des effets spéciaux, pour leurs séries pleines d’humour.

I) On aime aussi les Américains pour leurs grands espaces et la beauté de leurs paysages, de leurs parcs nationaux.

J) Les américains nous ont donné : le Jazz, le coca, le Mc Do, Marylin Monroe, le chewing gum, Mickey, le mico-ordinateur, Ernest Hemingway, le téléphone, Superman, les chips, le frigo, le pacemaker, le Scotch, Snoopy, les cartes de crédit, le jean, le flipper, le ketchup, la fermeture éclair, le frisbee, Robert Redford, le porte-avion, l’air conditionné, Britney Spears, le Viagra, le lave-vaiselle, le VTT, le vernis à ongles, Julia Roberts, les couches culottes jetables, Léonardo Di Caprio…

K) Les amériacains sont très surs d’eux. Ils se piquent d’être les maîtres du monde.

L) Leurs pratiques religieuses sont très démonstratives. « Gob bless América » termine tous leurs discours et leurs dollars portent la mention : « In God we trust ». Il est difficile de ne pas croire en Dieu (ou en un dieu) aux USA .

8 raisons de ne pas les aimer (sans anti-américanisme exacerbé)

A) Tout est mesuré à l’aune du dollars, valeurs première. On compte plus facilement en tant qu’individu, s’il on en gagne beaucoup. L’idée même de l’Amérique repose sur l’espoir de gagner de l’argent, puis de faire plus d’argent avec cet argent, et enfin de faire énormément d’argent avec beaucoup d’argent.

B) Le Melting-pot est un leurre. Loin de s’être fondues dans un seul creuset, les générations successives d’immigrés se sont développés chacune dan leur coin. D’où la notion de « communauté » qui revient souvent dans leurs propos, on parle de « Tosted Salad »

C) C’est un pays où l’on applique la peine de mort. La mentalité toutefois est en train de changer. De plus en plus d’Américains s’interrogent sur la peine capitale et militent pour son abolition. Dans l’Illinois, on a décidé d’un moratoire qui suspend pour l’instant les exécutions. La violence est très présente dans les métropoles. Le port d’armes à feu qu’autorise le second amendement de la Constitution peut faire du moindre affrontement de rue, un fait divers sanglant.

D) C’est le pays des fausses libertés. Le droit Constitutionnel protège le citoyen comme rarement ailleurs mais 90% des Américains ne le savent pas et sont incapables de s’en servir. La liberté d’expression est tellement sacrée qu’elle permet toutes les dérives. A l’inverse la moindre phrase est passée au philtre du « politiquement correct ». C’est le pays de la liberté mais elle n’est pas tout à fait la même selon la couleur de peau et la « discrimination positive » n’a pas permis de faire disparaître la discrimination raciale.

E) Ils sont excessifs en tout. Tout est plus cher, plus grand, plus gros, plus beau. Bref, ils sont souvent « trop ».

F) C’est un pays qui accorde peu d’importance aux droits sociaux. Le système de santé prive de soins corrects les plus démunis : il y a 5 ans, 41 millions d’Américains n’avaient toujours pas de couverture médicale. Les femmes n’ont droit qu’à des congés de maternité réduits, le sort réservé aux personnes âgées démunies n’est guère digne d’une grande nation.

G) Leurs système judiciaire se caractérise surtout par une dérive procédurière, poussée à l’extrême. Un américain ferait un procès à un bistrotier pour s’être brûlé en buvant du café trop chaud ! Et puis la justice est encore trop souvent une histoire de dollars : on peut être condamné à mort tout en étant innocent, faute d’être bien défendu, alors qu’un criminel aguerri, entouré d’une armée d’avocats recrutés à prix d’or, s’en sortira sur des questions de procédure.

H) Ils ont été assez crétins pour réélire Bush !

14 commentaires

  1. Anonyme

    10:!!!!!!!!!!!!!!! on parle un peu trop souvent en mal pour les américains a cause de leurs c****ries on a tendance a oublié le bon coté des américains….

  2. samille

    Bon article, mais que je trouve trop généralisant… ils ont lutté avec ML King, mais n’est ce pas contre les E-U que lui luttait ?, et n’est-ce pas en Amérique qu’il s’est fait assassiné…
    Après, un truc m’a sauté aux yeux quand tu cites le nom d’Hemingway…mais justement, il méritrait de faire un article sur ces américains déçus de l’Amérique et admirateurs de Paris et de l’Europe, la « lost generation », dans l’entre deux guerres, c’est donc Hemingway, Fiztgerald, Dos Passos…ou même encore aujourd’hui, allez demandez à Woody Allen!!

    Assez crétins pour élire Bush…peut-être, là encore qu’il y a une réalité… le 11septembre bien sûr, mais cela n’explique pas tout…la réaction des espagnols après le 11mars n’a pas été la même..mais que reproche-ton à Bush? la guerre en Irak? je pense que tant que l’Europe, par l’union, ne s’affirmera pas dans un rôle de stabilisateur, nécessaire aux grandes puissances, elle n’aura pas son mot à dire pour faire la morale aux E-U…

  3. Anonyme

    article intéréssant pesant bien les pours et les contres!! et j’avoue que c’est bien d’avoir mi les pours car il y a une tendance a trop les critiquer

  4. Anonyme

    j’entends et je lis trop de choses chaque mercredi et jeudi matin sur les américains que je ne peux être entierement d’accord avec le sujet ^^

    Mais la rédaction est bonne, comme toujours ^^

  5. Anonyme

    Il y avait aussi Ralph Nader, mais c’est normal que tu ne le saches pas : on en a pas parlé à la télé. Moi je l’ai su car j’avais un questionnaire à remplir sur les élections et que j’ai fait une recherche assez poussée. Mais de toute façon, il n’a obtenu que maximum 5 % des voix dans les états alors…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>