Spécial Cannes 2010 : « Hors-la-loi » entre projection et manifestations

Comme évoqué dans un précédent article, ici, le film de Rachid Bouchareb sur le massacre de Sétif avait défrayé la chronique lorsqu’un député UMP avait taxé le film d’ « anti-français » et de « révisionniste » et cela bien avant la projection.

Suite à ce lancement de débat, plusieurs mouvements avaient alors prévu de manifester contre le film. Hier, jour de projection, les rues cannoises se sont rapidement laissées envahir par 1200 manifestants dont des associations de harkis, des pieds-noirs, des anciens combattants et des partisans d’extrême droite. Entonnant la Marseillaise puis le Chant des Africains, les manifestants pour la plupart des personnes âgés, ont souhaité rendre hommage « aux victimes françaises » de la guerre d’Algérie. N’ayant bien entendu pas encore vu le film, les manifestants arboraient tout de même des pancartes « Film propagande n’est pas film historique », « FLN assassins » ou encore « Non à ce film anti-français ».

Les  manifestants sont restés à l’heure place sans trop se rapprocher du Palais : la projection s’est donc déroulée tout à fait normalement. A un petit détail près : les journalistes ont tous été fouillé à la manière des contrôles d’aéroport avant de pouvoir pénétrer dans la salle.

Le député UMP Lionnel Luca, à l’origine de la polémique a confirmé ses propos  suite à la projection : "Si j’avais vu le film avant, j’aurais dit des choses encore pires dans mes premières déclarations. L’armée est représentée comme des SS, les Français comme des salauds. C’est manichéen, caricatural et pro-FLN. Je maintiens le terme de falsification de l’Histoire. »

La conférence de presse qui a fait suite, s’est déroulée dans un climat relativement tendu malgré les efforts de Jamel Debouzze pour tenter de détendre l’assemblée. Le réalisateur qui s’attendait  à de telles réactions a rappelé qu’il était favorable au débat : « Merci à Thierry Frémaux, qui a subi beaucoup de pressions. Le film est destiné à ouvrir un débat, ce n’est pas un champ de bataille. Le spectateur verra bien que mon film n’a aucune animosité contre la France »

L’avis des journalistes au sortir de la projection est pratiquement unanime : toute cette affaire c’est beaucoup de bruits pour au final pas grand-chose ! Ne voyant pas particulièrement l’aspect manichéen décrié par les politiques, les critiques se sont davantage intéressés à l’aspect cinématographique car "Hors-la-loi "c’est avant tout un film, une fiction et le Festival de Cannes est également là pour juger la qualité de mise en scène du réalisateur et la pertinence de son œuvre. Comparé à un film de gangster davantage qu’à un film historique, certains auront été séduits par la dimension humaniste du film et la mise en scène plus abouti que celle d’ « Indigènes ». Mais dans l’ensemble la critique est plutôt mitigée, le film n’a rien d’exceptionnel et ne semble pas faire le poids face à certains autres films de la compétition.

Agnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>