Spécial Cannes 2010 : La princesse de Montpensier divise la critique

Scénario basé sur la nouvelle « La princesse de Montpensier », le film raconte l’histoire de Marie de Mézière (Mélanie Thierry) qui après le convent se retrouve mariée de force avec le Prince de Montpensier (Grégoire Leprince-Ringuet) par son père qui cherche à élever le rang de la famille en la poussant dans les bras d’un prince qu’elle ne connait pas. Elle est alors confrontée à une rivalité amoureuse entre son mari et le Duc de Guise surnommé « le Balafré » (Gaspard Ulliel) dont elle est éperdument amoureuse. En 1562, La France est en pleine guerre de religion entre protestants et catholiques, le Prince de Montpensier est alors envoyé à la bataille par Charles IX, son épouse dans un souci de protection est confiée à son ami Le Comte de Chabannes (Lambert Wilson). Celui-ci devant éduquer la jeune fille afin de la préparer à la cour succombe, bien sûr, à ses charmes. La princesse devient alors l’enjeu de cruelles rivalités amoureuses.

Après 20 ans, Bertrand Tavernier revient enfin à Cannes, où il avait d’ailleurs remporté en 1984 « le prix de la mise en scène » pour le film « Un dimanche à la Campagne ». Après une montée des marches très française, où l’on remarquera l’absence du comédien Lambert Wilson opéré d’urgence d’une péritonite, le film projeté recevra un accueil plutôt mitigé.

Alors que certains verront dans ce film en costume une photographie élégante, un style soigné et une mise en scène moderne. D’autres objecteront, en décrivant le film comme un long métrage ennuyeux et beaucoup trop classique ou même « so french » pour les étrangers. La performance d’acteur elle aussi prête à débat et notamment celle de Mélanie Thierry : quelques journalistes ont ainsi trouvé sa prestation plate, peu convaincante et manquant cruellement de profondeur.

Cette « sorte de thriller amoureux au XVIe siècle » comme la décrit son réalisateur risque t-elle de partager également le jury cannois ? Pour l’instant, en tant que représentant de la France,  Mathieu Almaric au vue des critiques semble à priori plus enclin à remporter les faveurs des délibérations.

 

Agnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>