Spécial Cannes 2010 : Wall Street, l’argent ne dort jamais

On prend les mêmes et on recommence : Oliver Stone a rappelé Michael Douglas, Charlie Sheen, Sylvia Miles et Chuck Pfeiffer vingt après pour réaliser la suite du Wall Street de 1987. On y retrouva comme petits nouveaux : Shia Labeouf (Transformers) et Caray Mulligan (Une éducation).

En 2008 en plein krach boursier à Wall Street, le jeune trader Jacob Moore demande de l’aide au gourou de la finance Gordon Gekko afin de venger son mentor qui s’est suicidé suite à des transactions financières douteuses. Il s’avère qu’il rencontre la fille de Gekko et décide de l’épouser. Celle-ci fâchée avec son père va tenter de mettre en garde Jacob contre ce personnage manipulateur et sans scrupules.

Première sélection cannoise pour le réalisateur au caractère bien affirmé à la fois adulé et décrié. Le film était donc particulièrement attendu, mais au sortir de la salle l’enthousiasme n’est pas au rendez-vous. Le film est accueilli tièdement et les réactions ne sont pas très bonnes.

Rue 89 compare le film à « une interminable bande-annonce » et L’Express s’empresse d’ajouter que le film « faiblit minute après minute ». Quant à Fluctuat.net, il n’est pas du tout séduit par le réalisateur de Platoon qui «  ne brille pas par sa subtilité, multipliant les fautes de goût graphiques (nuages en accéléré, split screens, courbes financières superposées à la silhouette de Manhattan) et les lourdeurs scénaristiques (au milieu du film, un petit flashback pédagogique vous synthétise la première heure en images, au cas où vous auriez dormi) ».
Côté casting, les avis sont pratiquement unanimes quant à la prestation brillante de Michael Douglas qui semble faire honneur à son oscar gagné justement pour son rôle de Gekke dans le premier Wall Street. Pour le cas Shia Labeouf, les avis sont partagés : acteur insipide d’un côté ou débordant d’un charisme rassurant de l’autre.

Malgré cet accueil mitigé de la part des critiques cannoises : Oliver Stone évoque déjà la possibilité de poursuivre la saga Wall Street avec un troisième opus qui se concentrerait davantage sur la crise économique dans sa globalité.

Agnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>