Spiderman III : un film pris dans sa propre toile

L’homme araignée est de retour ! Après un premier épisode plantant l’univers du personnage, un second qui décryptait de façon un peu plus profonde ses relations avec ses amis (Harry Osbourne), sa juliette (MJ Watson) et ses velléités à redevenir une personne « normale », il fallait trouver un axe directeur pour le troisième du nom : chaque être cache son coté obscur.

Pour cette superproduction, les producteurs n’ont pas lésinés sur les moyens. Le film est officieusement annoncé comme le long métrage le plus cher jamais réalisé: avec un budget de 250 millions de dollars, le Spiderman III devance nettement les 207 millions de billets verts de King Kong, précédent détenteur du record.

Sam Raimi, le réalisateur de la trilogie, évoque l’évolution de du personnage : « Le thème principal des trois films a toujours été la profondeur, la richesse des personnages et la façon dont leurs vies sont liées. L’amour qu’éprouve Peter pour Mary Jane Watson et son amitié avec Harry Osborn constituent depuis le début l’aspect le plus riche de nos histoires. Lorsque nous avons réfléchi au développement de ce troisième épisode, nous nous sommes demandé ce que ce jeune homme avait encore à apprendre et comment il pouvait évoluer. Nous l’avons placé dans des situations où il va être forcé d’affronter ses faiblesses de caractère, des obstacles que, dans les histoires précédentes, il aurait peut-être été incapable de surmonter. De cette manière, il peut soit être vaincu, soit atteindre sa pleine maturité pour devenir ce personnage héroïque capable de surmonter l’adversité. Dans ce nouveau film, la complexité, la profondeur des personnages est encore plus grande, ils deviennent des êtres humains plus riches et peuvent accomplir davantage que dans les films précédents »
Dans Spider-Man 3, l’homme-araignée dévoile son côté le plus sombre, quittant par moment sa panoplie rouge pour devenir un personnage vêtu d’une combinaison entièrement noire. La productrice Laura Ziskin explique : « Nous voulions explorer le côté sombre de Peter. Ce costume noir exacerbe ses pouvoirs et certains de ses traits de caractère : il devient plus puissant, plus rapide, mais aussi plus orgueilleux et agressif. » Tobey Maguire, qui se glisse pour la troisième fois dans le costume de l’homme-araignée, raconte : « Le scénario explore des aspects inédits de Peter Parker et introduit de nouveaux personnages. L’histoire s’aventure sur un terrain encore inconnu tout en apportant une nouvelle énergie et en s’inscrivant dans la continuité des deux premiers films. »
En bref…

Les scénaristes ont voulu caser un max d’intrigues, de méchants, de soucis pour Peter Parker en 2h30… si bien qu’on a du mal à trouver ce qu’il en ressort vraiment. Il faut dire que le film aurait très bien pu tenir sur un seul méchant, largement sous-utilisé dans ce numéro 3 : Venom. Comme toute superproduction américaine, on ne peut échapper aux 15 dernières minutes moralisatrices, aux effets spéciaux époustouflants, au gros plan sur le drapeau américain…

1 commentaire

  1. Anonyme

    le dernier paragraphe retranscrit ma pensée. Je suis déçue que le film dure si longtemps et surtout qu’il n’y ai pas une intrigue directrice… film a voir mais peut etre pas a revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>