Tennis : Masters Series de Bercy

 

Tout d’abord, quels étaient les enjeux de ce tournoi ? Dans la saison ont lieu 9 tournois étiquetés « Masters Series ». Si ils sont moins importants que les tournois du grand chelem, ils restent des affrontements entre les meilleurs. Avec en ligne de mire la Master Cup à Shanghai, compétition totalement à part, réunissant les 8 meilleurs joueurs mondiaux, et clôturant ainsi la saison. C’est peu de dire que beaucoup de joueurs ont tout donné pour y décrocher leur billet. Le Masters Series de Bercy était la dernière étape avant cet événement. Cette compétition qui était en perte de vitesse a été totalement redorée par le succès publique et sportif. Dix-neuf des vingt meilleurs joueurs mondiaux étaient présents pour cette affiche, seul manquait Andy Roddick. Les organisateurs ont également assuré la présence des foules en mettant en place de nombreuses animations, comme un DJ set de David Guetta himself ! Le bilan est plus que bon, on a recensé 85 000 spectateurs, soit 22% de plus que l’année dernière.

            D’un point de vue sportif, les enjeux étaient également importants. Si on peut dire que les 6 premiers mondiaux étaient hors de danger, il restait une ou deux places à accrocher dans le dernier wagon direction Shanghai. Et les prétendants ne manquaient pas. Le chypriote Baghdatis tout d’abord jouait une semaine étincelante en éliminant Ljubicic et Davydenko, avant de se faire sortir par Nadal en demi-finale. Si Djokovic sortait par la petite porte face à Santoro au début du tournoi, Federer se faisait éliminer par l’homme en forme : David Nalbandian. L’argentin restait notamment sur une victoire face au suisse en finale du Masters de Madrid il y a quelques jours. Coté français, tout les yeux étaient tournés vers Richard Gasquet, le numéro 1 bleu pouvant encore décrocher sa place pour la Master Cup. Auteur d’un bon parcours, venant à bout de son compatriote Tsonga, de l’américain Blake et du prodige écossais Murray, Gasquet abordait sa demi-finale contre Nalbandian avec la certitude de participer à la coupe des maîtres en décembre, avec la position de 8ème joueur mondial. Peut-être même que l’euphorie de cette nouvelle le distrayait un peu puisqu’il perdait ce match sèchement. Ou peut-être que l’argentin était trop fort, lui qui a survolé ses matchs et est venu à bout des meilleurs, emportant le titre en infligeant un 6-4 6-0 au prodige de Manacor, Rafael Nadal. Malheureusement pour Nalbandian, il n’atteint pas mieux que la place de numéro 9 mondial, non qualificative pour la réjouissance de fin d’année. Néanmoins, il figure en tête de la liste d’attente et en cas de blessure d’un des huit, il pourrait y participer. Une position qui lui avait été bénéfique l’année dernière, emportant la Cup après avoir pallié la défection d’un joueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>