The Courteeners – No You Didnt No You Dont

Vous aurez déjà entendu dire beaucoup de choses sur The Courteeners, sans aucun doute. Ayant dûment placé un premier hit dans le top 20 avec « what took you so long », et effectué leur première tournée nationale à guichets fermés – la totale, avec les fans maniaques, le chaos dans les loges et les louanges d’une armée grandissante d’admirateurs célèbres – ils semblent destinés à terminer 2008 en contemplant la concurrence depuis le sommet des classements de fin d’année.
Mettez ça sur le compte d’un pur talent pour les mélodies ou des textes vifs et pleins d’autodérision de Liam.

Mais un succès aussi rapide n’a aucune chance de faire perdre leur cohésion aux quatre membres du groupe (Liam, le guitariste Conan, le bassiste Cupello et le batteur Campbell). Ils sont le reflet ambulant de leurs chansons et voient le succès comme le résultat naturel de 18 mois pleins dévoués à leur tâche. Tout ceci nous amène à « St. Jude ». Enregistré en six semaines avec le grand producteur Stephen Street (Smiths/ Blur/ Babyshambles), il reflète une Angleterre des temps modernes familière à quiconque a déjà parcouru ses rues principales après la tombée de la nuit

Mais il y a beaucoup plus dans « St. Jude » que des cafouillages d’ivrognes et des plaisirs rapides. Si « no you didn‟t, no you don’t » capture à la perfection la nostalgie qui s’installe entre des amis brouillés, mal à l’aise, il y a aussi, parsemés dans les textes tout du long de l’album, des clin d’oeil aux héros musicaux du groupe.
Romantique, obstiné, et chargé à bloc de grandes chansons, « St. Jude » est là pour vous redonner confiance dans le rock indépendant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>