human

The Human Centipede : horreur, torture et humiliation

Ce que j'ai pensé du film

Scénario
Jeu d'acteur
Esthétique

Vous voulez voir à quoi ça ressemble un mille-pattes humain? Alors ne vous gênez pas et regardez donc The Human Centipede (sauf les moins de 18 ans, à qui ces films sont FORMELLEMENT interdits).

Je connaissais l’existence des longs-métrages à la limite de la torture physique et psychologique, mais j’ignorais qu’il existait le style « horreur anale »: un genre cinématographique chiant (jeu de mots très gras mais jeu de mots quand même).

Pour faire concret et propre (pas comme ce que nous livre le réalisateur néerlandais Tom Six durant ces presque 3 heures cumulées), The Human Centipede (First Sequence) raconte l’histoire de deux touristes américaines qui se paument en plein milieu de la forêt. Précisons que cette forêt se situe en Allemagne et qu’un chirurgien cinglé a décidé de s’y établir, loin des humains qu’il déteste plus que tout. Mais puisque les deux greluches sont de passage et ont décidé de visiter le coin, autant les convier à une petite séance de modification corporelle (avec en prime un touriste japonais kidnappé un peu grande gueule).

Je m’explique ou plutôt Doc Ach Mein Freind vous explique son concept HYPER CRÉATIF : relier les bouches et les anus entre eux, afin d’obtenir un tube digestif commun. Comme ça.

First-Centipede1

the-human-centipede-the-first-sequence-13

Je dois reconnaître que Dieter Laser, qui incarne le docteur Heiter est très très bon. On le croirait tout droit sorti d’un documentaire sur les nazis. Froid, méthodique et rongé par la folie, il avait pour spécialité de séparer les frères et soeurs siamois. Alors, il s’est dit, histoire de rigoler un peu, qu’il allait cette fois coller des gens les uns aux autres et les faire marcher à 4 pattes. Cette vision infernale contraste avec le lieu, qui n’est pas un manoir crasseux. La baraque pourrait même passer dans une pub Leroy Merlin « les envies prennent vie du côté de chez vous ». 

Image de prévisualisation YouTube

Au final, les monstres ce ne sont pas ces pauvres bougres qui finissent tous très mal, mais plutôt ce vieux maniaque de l’aiguille.

The Human Centipede (Full Sequence), il fallait s’y attendre, n’est qu’une copie du 1er volet de la trilogie du 1000 pattes, avec encore plus de fesses-bouches-fesses. Cette fois, c’est Martin, un handicapé mental âgé de 40 ans qui s’y colle. Il est fan du film The Human Centipede. On n’sait pas pourquoi mais l’envie lui prend de créer un 1000 pattes plus grand que celui qu’il a vu (et devant lequel il aime se masturber avec de la feuille de verre).

the-human-centipede-part-2-full-sequence-limited_3

Ce que t’es sexy

Beaucoup de sévices écoeurants, même si c’est loin d’être gore. Vas-y que ça défonce du crâne au pied de biche, que ça déglingue des dents au marteau et que ça coupe du fion au couteau, utilisé pour le souper de 20h00. Lui il se marre. Personnellement, les projections de merde sur la caméra, les laxatifs en intraveineuse ou le fil barbelé autour du pénis de ce taré, qui ne prononce pas un mot et pète avec sa bouche (d’accord c’est de l’humour trash, d’accord dans South Park ça m’a fait sourire) … Bah je trouve pas ça franchement hilarant.

L’effet noir&blanc, censé apporter une esthétique et une ambiance particulière au film, ne fait que renforcer le vide du scénario. Ce qui est mis en avant c’est l’humiliation d’hommes et de femmes qui chouinent, parce qu’ils ont la tête dans le cul (oh elle était nulle celle là pardon). Un déchaînement de violence et un nain psychopathe qui tape dans ses mains. Trop c’est trop.

Human Centipede 2 14

Image de prévisualisation YouTube

Le 2ème épisode reflète une cruauté gratuite, ce qui a tendance à décrédibiliser les origines de The Human Centipede (au départ, il y avait un scénario pas mal ficelé). J’ai envie de croire que c’est fait exprès, afin que l’on ne prenne pas ça trop au sérieux et que Tom Six puisse dire à tous ses détracteurs « allez vous faire voir, c’est MON film alors j’en fais un masterpiece crado, torture porn et outrageant ».

Toujours est-il que Tom devrait éviter les effusions scatologiques pour le dernier opus (espérons qu’il parle d’autre chose à table).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>