The saddest music in the world


mon avis :

Un film mélant le dramatique à l’ironie presque cynique. Des passages un peu "gores" mais qui ressemble a s’y méprendre à un vieux film des années 1920 ! La première fois que je l’ai vu, il ne m’a pas du tout plu, je l’ai trouvé un peu ennuyeux, certaines scènes m’ont meme mises mal à l’aise au fond de mon fauteuil !

Ce qu’il y a de bien :

une bande originale très belle (faut aimer le style bien entendu); des idées originales : des jambes en verre remplies de bierre, des jambes découpées a la scie (éh oui quand meme !!) vous allez me demander en quoi c’est surprenant car dans plusieurs films d’horreur ca arrive ce genre de scenes !
Eh bien, si on se remémore le but du film, on voit que c’est de reprendre les méthodes de l’age d’or du cinéma, ca voudrait dire que l’auteur contourne la censure qu’il aurait rencontré a l’époque…(mais alors est ce vraiment du culot? ou n’a t il pas joué le jeu entièrement ?….), pis une histoire un peu compliquée aussi quand meme, un vrai mélodrame…c’est à voir ! ^^

Pour tous les amateurs de cinéma, un film a voir, des brouettes de symboliques, si on devait l’analyser il y aurait énormément de chose a dire !! D’un point de vu artistique c’est génial, mais bon, je dois le dire, quand on a été gavé de navets a l’américaine….on s’ennuie un petit peu.

"Quand on donne au public le goût du navet, il ne jure plus que par ça" à méditer…

je cite quand meme un résumé (pris sur le site écranlarge.com)

Résumé :

Winnipeg, au Canada, en 1933, au cœur de la Grande Dépression. Lady Port-Huntly, baronesse locale de la bière, bien décidée à profiter de la fin proche de la Prohibition, lance le concours de la musique la plus triste du monde. Des candidats du monde entier affluent vers la ville enneigée et glaciale. Attiré par le prix de 25 000 $, chacun tente d’interpréter à sa manière la plus profonde tristesse au cours d’une compétition euphorique, largement arrosée à la bière locale, la Muskeg, et suivie à la radio par des Américains qui ont soif. De retour dans sa ville natale accompagné de la belle Narcissa, amnésique et nymphomane, Chester Kent, producteur de Broodway ruiné et cynique représentera les États-Unis. Réunis à cette occasion, les trois membres de la famille Kent s’affronteront bien au-delà de la seule musique et règleront à l’occasion d’anciens secrets de famille.

4 commentaires

  1. sisi_ka

    A ce moment là, je vais sur tf1.fr, je copie/colle et je mets source : tf1.fr :))

    Je le fais moi de mettre la synopsis mais moi je gagne pas d’espripoints :)

    Mais là, ca va encore mais je préfère prévenir que de devoir refuser 50 articles car trop copié/collé.

  2. Anonyme

    ok, je prends en compte ce que tu me dis ^^ je me suis permise ca, parce que tout mon article est quand meme bien de moi, c’est mon avis personnel, mes impressions…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>