The White Stripes – Icky Thump – le clip

Déjà 10 ans que la légende existe. Une décennie faite de tubes, de mensonges, de mystères.

Jack et Meg White seraient frère et sœur et auraient donné ce nom à leur mini formation en référence aux bonbons rayés qu’ils adoraient étant petits. Trop conte de fée pour être vraie. En réalité, Jack se prénomme en fait John Anthony Gillis et joue dans plusieurs groupes de rock dès l’adolescence. Alors qu’il enregistre des morceaux pour l’un d’entre eux, il fait la connaissance de Megan Martha White, serveuse et aussi brune que lui. Ils se marient et un beau jour il l’installe derrière une batterie, comme ça pour voir. Meg joue comme un pied mais John adore. Il décide à faire de son couple un groupe, se rebaptise Jack et renverse la coutume en prenant le nom de sa femme.

Avec ce coup marketing de génie, ils vont taper fort en 2003, en abreuvant la planète avec les rythmes simplistes de batterie de « Seven Nation Army ». C’est la consécration. Après 6 ans de succès en demi teinte, les voici propulsés sur le devant de la scène rock. Les White Stripes cultivent et revendiquent un certain dépouillement dans leurs créations.

Et un divorce plus tard, les voici de retour en 2005 avec un cinquième opus « Get Behind me Satan ». Le succès est au rendez vous, en témoigne le bel accueil populaire. Cette fois ci la guitare s’efface sur la plupart morceaux au profit de marimbas, pianos, sonorités acoustiques et exotiques. On est cependant loin du raz de marée de 2003.

Le 18 juin prochain, le rendez vous est donné à tous les fans. Pour rappel, les White Stripes seront en concert le 11 juin au Zénith de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>