Tout le monde peut se tromper

C’est moche, certes, mais c’est malheureusement monnaie courante. Il y aura toujours un crétin pour nous en faire voir de toutes les couleurs, un de ces mufles qui, sans vergogne, osera abuser de nous.
Etre trompée, ça fait mal. Mais la vie ne s’arrête pas pour autant. Comment faire face à cette situation ?
Les variantes sont nombreuses. De l’écart d’un soir à la liaison installée, parfois secrète, parfois publique. Or si pour certains, tromper, c’est le fin d’une histoire, ça peut être également le début d’une autre. Comment ne pas faire de mal ?

Première question, pourquoi nous trompent-ils ? Revue de détails de leurs raisons invoquées.

- « Parce que j’ai la chance d’être un mec et que je peux donc me le permettre. »
Au pire, on le traitera de Don Juan… Voila la différence. Une nana qui fait ça, c’est une allumeuse. Pourquoi, vue de l’extérieur, le même acte est il différemment considéré ? Dans le cas où l’on réclame la parité pour tout et pour rien, pourquoi dans les relations amoureuses, la femme doit toujours être la laissée pour compte ?

- « Parce qu’à un certain moment de ta vie, lorsque t’es un mec, tu as beau te dire que c’est nul de tromper, tu ne peux pas lutter »
C’est comme un rite initiatique : on a tous à un moment donné envie de « se taper » tout ce qui bouge avant de se calmer et passer à autre chose. On dit souvent qu’un mec doit avoir eu un « passé sexuel » avant d’officialiser une relation, ou en tous cas qu’elle ne devienne sérieuse. Pourquoi parfois, ça doit passer par la tromperie ?

- « Je ne trompe jamais lorsque je suis amoureux, mais quand ça n’est pas le cas…. »
L’amour rend il vraiment aveugle ? Pourquoi le fait d’éprouver de l’amour pour quelqu’un refreine t il les pulsions de certains males ? (Ça, ça risque de ne pas plaire à certains !)

Alors, aimer sans tromper. Est ce possible?

Aimer ça englobe beaucoup de signification telles que le respect, la compréhension, et surtout la confiance …sans ces conditions la on ne peux pas parler d’amour…

Réagir à la tromperie, ça n’est pas se prostrer dans un silence malsain ou encore se venger. Il faut savoir analyser les causes d’un tel acte. Pas de mea-culpa abusif, non ! Juste en discuter, savoir peser le pour et le contre de la relation en cours. Est-ce purement sexuel ou est ce autre chose ? Il y a-t-il des sentiments en jeu ?

La cocue stoïque : « la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe… »

On vous trouvait tout mignons, dans le genre « amour, gloire et beauté ». Et patatra, le scandale éclate, il te trompe. Pour toi, c’est la gifle. Pourtant, il a beau s’excuser à grand renfort de roses et de poèmes… il n’arrive pas à comprendre une chose : tu n’en a rien à cirer ! Tu flirtes avec un autre, histoire de ne pas être seule. Tu t’affiches libre comme l’air. Toi, tu n’as pas besoin d’un homme, tu es indépendante ! Tu te déclares prête à reconstruire quelque chose avec un mec… mais le temps ne presse pas.

La cocue statique : « Ose me tromper, tu vas payer ! »

Raide in love d’un serial cocufieur, tu t’en rends compte et tu ne désires qu’une chose, te venger !
Rumeurs pas très flatteuses pour lui, le harceler au téléphone, par textos. S’arranger pour faire tomber son moindre RDV avec une nana… Ne serait ce pas un peut puéril tout ça ? Après tout, tu de défoules, tu en as bien le droit !

La cocue magnétique : « Vas-y, je ferme les yeux »

Pourquoi fermer les yeux alors que tes sentiments sont traînés dans la boue ? Le but n’est pas de t’oublier sous prétextes que tu l’aimes. Cette réaction quelque peu masochiste ne fera pas avancer le « chmilblik ». Au sein d’un couple, même s’il bat de l’aile, il faut être deux à s’affirmer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>