Tout le monde se lève pour le stand up !

Get up, stand up: stand up for your rights
Get up, stand up: dont give up the fight

Notre ami bob ne pensait pas si bien chanter! Depuis quelques mois, le stand up met du swing sur les plateaux. Véritables héritiers des chansonniers (qui prennent quelques rides !), ces comédiens de talent s’adressent au public de manière informelle, en racontant des histoires drôles assez courtes et sans interruption. Il est à la merci de son public. Son succès dépend en particulier de ses talents en matière de spontanéité, mais aussi de ses capacités à faire face à un raté et à savoir y réagir.
Le spectacle est mis en scène de façon à paraître le plus improvisé possible, ce qui n’est pas toujours le cas parce que le texte est énormément retravaillé et perfectionné.

Des émissions comme T’empêche tout le monde de dormir ou Le grand Journal on déjà signé ! Les deux tchatcheurs Fabrice Eboué et Thomas Ngijol sont partis à l’assaut du petit écran.
Le premier a déjà huit ans de scène derrière lui et perce grâce à un coup de pouce de Jamel. Le second, diplômé en sciences de l‘éducation se fait repérer, toujours par Jamel et depuis, il nous diverti sur Canal avec ses « toast ».

Bien sûr, ils ne sont pas tout seul dans l’équipe composée par Jamel. Le JAMEL COMEDY CLUB envahit le Casino de Paris à partir du 30 janvier. Patson, Thomas Ngijol, Fabrice Eboué, Claudia, Dedo, Amelle, Yacine, Noom, Frédéric Chau, Comte de Bouderbala et Blanche : tous rivalisent de talent et ont su garder leur identité propre.
Ne soyons pas hypocrites pour autant, la télé permet également de promouvoir leurs spectacles respectifs.

La plupart des artistes accompagnant Jamel viennent de la périphérie parisienne. « Communautarisme » scandent les plus farouches opposants. Kader Aoun (le producteur exécutif de l’émission) explique simplement : « Une personne venue des classes moyennes n’est pas aussi exposée pour se prendre des gifles. Je suis contrôlé par la police depuis l’âge de 6 ans et j’ai vu ma mère se faire contrôler par la police devant moi ! Au bout d’un moment, forcément, on finit par avoir envie de prendre un stylo, un micro et de le raconter ! Les personnes qui nous accompagnent sur ce projet n’ont pas toutes les moyens de s’inscrire au cours Florent, mais le talent est là et elles ont des choses à dire. »

Et Jamel d’ajouter : « Ce groupe, c’est un peu les Fun Brothers, j’ai l’impression d’être à la Motown ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>