Tu t’es vu dans cette tenue?!

L’adolescence; la période où l’on veut se démarquer de ses parents.
Et quoi de mieux que les « fringues » pour montrer les premiers signes de son indépendance, en faisant preuve de beaucoup d’imagination (jean troué, effet sale…) pour échapper au « look à papa, maman » qui préfèreront la fameuse période d’antan où les soquettes blanches et la veste bleu-marine étaient de sortie.

L’habit ne fait pas le moine mais fait l’ado, car à travers nos vêtements, la personnalité se reflète, et des fois nous nous affichons uniquement pour choquer les parents ou se sentir hors-normes et indépendant.
Lui adopte le look surfer ou reggae, elle s’habille en Lolita où le tee-shirt est dix fois trop petit, ou disparaît dans son pull trois fois trop grand où les manches parviennent à ses pieds.
Mais nous avons l’art fabuleux d’arranger la mode; tout dans nos tenues sont dans le détail:
La manière de viser sa casquette sur le crâne, le trou dans le jean, là et pas ailleurs… pour encore et toujours, choquer et se distinguer des autres.

Chez les filles, le vêtement sert aussi à masquer les formes féminines naissantes ou au contraire de les afficher avec fierté.
Ainsi tu peut nager sous un tissu sans forme, qui te boudine tous les centimètres carrés de ton corps, ou quelques mois plus tard, remonter en surface, avec un chiffon moulant qui (à ce que tu crois) met tes formes en valeurs.
Ta tenue révelle ton humeur ou ton état d’esprit. Si tu t’es levée du pied gauche, plus ton vêtement est négligé, plus tu es heureuse.
Par contre, si le rendez-vous avec ton copain approche, te voilà magnifiquement habillée, pomponnée…

Les garçons c’est moins compliqué, mais quand une petite forme disgrâcieuse se révelle sur ton corps, là vite, vite que j’enfile le sweat polaire en plein été.
Que de complications chez nous, les adolescents; notre corp change à une allure inconsidérable, et les « fringues » choisies ne sont pas forcemment celles convenues pour nos formes (quand une petite ronde choque avec son tee-shirt à rayures horizontales, ou lorsque un grand mince flotte dans son pantalon ridiculement petit).
Choisir ses vêtements en est presque devenue un « Art », et grâce aux « fringues » nous reprenons un certain contrôle, et un pouvoir sur le corps. Alors, à l’assaut des cabines d’essayages pour le renouveau de toi-même.

4 commentaires

  1. Anonyme

    hum vous m’excuserez de répondre à un article assez ancien mais je suis tombé dessus et …. je l’ai pas lu soit dit en passant (le délire pseudo nombrilesque du vêtement comme objet de séduction ou d’affirmation de sa personnalité ne me touche pas) , néanmoins j’aimerai faire remarquer ce qui est a mon sens une erreur de francais (mea culpa si je me trompe, mais je ne pense pas) : le billet vestimentaire : ne serait-ce pas plutot le BIAIS vestimentaire . Comme quoi la lectire ca sert pour savoir se servir des mots…..

  2. Anonyme

    …et du commentaire :P.
    Tu trouve pas ca un peu vite conclu ;  » Ta tenue révelle ton humeur ou ton état d’esprit.
    Par contre, si le rendez-vous avec ton copain approche, te voilà magnifiquement habillée, pomponnée…  »
    Euh JE ne me poupone en aucun cas plus que d’habitude (c’est à dire pas du tout) quand je voit mon copain. Révéllé l’état d’esprit ?! Oui si tu pense aux Goth. par exemple ou Lolita, Skat etc .. mais jusqu’à l’humeur du moment euuuh que même pas surtout qu’une humeur ca change trés vite (+.+).
    Et ça ;  » Si tu t’es levée du pied gauche, plus ton vêtement est négligé, plus tu es heureuse.  »
    Ca n’engage que toi nah ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>