Underworld Evolution : à la recherche des origines

J’ai toujours apprécié le concept des vampires au cinéma, surtout quand ils ont une certaine beauté, et qu’ils dégagent une certaine noblesse dans leur port de tête, pour ne citer que cette image. Quand s’y mêle l’érotisme, cela devient des plus délectable. Si je devais définir le film, voici ce à quoi je me réfèrerai : Les métamorphoses du vampire de Baudelaire dans les Fleurs du mal.
D’une beauté plastique impressionnante, Underworld Evolution s’inscrit parfaitement dans la lignée esthétique du premier de la série : effets spéciaux formidables, décors époustouflants et ambiance gothico-glamour contribuent à créer une atmosphère à la fois violente, noire et surannée.

Len Wiseman, le réalisateur nous plonge dès les premiers instants dans l’univers médiéval.
Au XIIIème siècle, un massacre entre vampires et lycans a lieu : têtes tranchées, corps mutilés, des litres et des litres d’hémoglobine… l’invitation est envoyée, le spectateur est conviée à rejoindre les personnages.
Le combat pluriséculaire qui fait rage entre les Vampires et les Lycans connaît un tournant décisif :
D’une part Alexander Corvinus, simple humain au patrimoine génétique exceptionnel qui le rend immortel a engendré deux fils Marcus et William. Le premier fut mordu par une chauve-souris, il devient un hybride monstrueux mi-homme, mi-chauve-souris. Le second fut lacéré par un loup , ce qui le transforma en loup garou.
William répandit la terreur en massacrant des villages entier et transformant ses victimes en hommes loups, la lignée des lycans fut crée.
Marcus mordit Victor agonisant sur son lit de mort et créa l’armée des vampires tels que nous les connaissons (sans ailes).

D’autre part, plusieurs siècles plus tard, Michael Corvin, descendant de la famille Corvinus fut mordu par un lycan : Lucius, et par un vampire : Sélène. Grâce à ses gènes hérités de la famille Corvinus, il se muta en une forme hybride dans Underworld 1.

Dans Underworld 2, Marcus se réveille grâce à du sang de lycan qui a coulé par accident dans son cercueil. Il apparaît donc sous une forme hybride lycan/vampire/chauve-souris. Il fera tout pour libérer son frère William de la prison sordide conçue par le père de Sélène.

A noter, le splendide travail de maquillage et la scène d’amour (propre à tout bon film hollywoodien) qui revêt un caractère tout simplement érotique : d’une beauté sans nom ! Un troisième volet se profile.

Un film à voir… et attention aux morsures…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>