Une nounou d’enfer

Elle, c’est bien sur Fran Fine, Fran Drescher. Après s’être fait plaquée par son petit ami et renvoyée de son travail, elle devient gouvernante chez Maxwell Sheffield, « le célèbre producteur de Broadway ».
Tout le monde connaît aujourd’hui cette sitcom « Une Nounou d’enfer » diffusée et rediffusée sur M6 à 20h10, depuis 1995.

En essayant de ne pas être ennuyeux, la meilleure solution est de passer en revu tous les personnages, un par un. Ils ont incontestablement tous leur importance dans cette série.

Fran Fine -Fran Drescher :
C’est la nouvelle gouvernante de la famille Sheffield. C’est une très jolie brune, particulièrement souriante. Elle a un tallent incontestable pour s’habiller. Toujours avec des tenues peu discrètes. Si c’est une jupe, elle s’arrête forcément un peu au dessus de la mi-cuisse. La caractéristiques de ces tenues vestimentaires est l’exubérance ou l’excentricité. Toujours dans des tons très colorés ou des textiles qui ne cachent plus grand chose de sa silhouette. Fran possède une voix inoubliable : particulièrement nasale et nasillarde, parfois saoulante et insupportable, personne n’oublie l’avoir entendu un jour, au grand damne de certains.
Elle n’aspire qu’à une chose : se marier. Mais pas n’importe quel marie. Elle rêve du beau prince charmant. Quand elle est plus terre à terre, elle se verrait bien l’épouse d’un richissime docteur ou notable… L’intérêt qu’elle peut porter à un homme tient souvent dans sa richesse, sa voiture ou sa profession. Si en plus il est juif, c’est le pied !
Car avant tout, Fran Fine est juive, issue d’une famille juive et revendiquant leurs origines. Et qu’y a-t-il de pire pour une femme juive ? Rester célibataire ! Quand elle déprime, elle se goinfre de glaces, de chocolats ou autres pâtisseries. Et en plus elle garde la ligne ! (j’en connais qui doivent hurler…) Les différentes fêtes juives sont instauré dans la famille Sheffield depuis son arrivé, et ce n’est pas sa mère ou sa grand-mère qui vont arranger les choses…
C’est aussi la plus grande fan de Barbara Streisand qu’ait jamais porté la terre. Elle est prète à tout pour la rencontrer, ce qui arrivera dans un épisode.

Maxwell Sheffield –Charles Shaughnessy :
C’est un producteur de Broadway, il produit des comédies musicales. Il a perdu sa femme et s’est retrouvé à élevé 3 enfants dépourvus d’affections maternelles. Il embauche cette jolie brune, malgré sa totale absence de référence. Pour ne rien gâcher, il est milliardaire, et la prononciation de son seul nom fait rêver plus d’une personne désireuse de réussir dans ce métier. Il s’attache au fil des épisodes à sa nounou. Elle lui bousille certains contrats énormes mais il l’aime de plus en plus. Hélas pour elle, il ne l’avoue jamais. Son pire ennemi, dont il maladivement jaloux est Andrew-Loyd Weber, autre producteur de Broadway.

Neils –Daniel Davis :
Il est de loin le personnage que je préfère. C’est le majordome de la famille Sheffield. Il est particulièrement dévoué, malin, rusé, efficace et n’aspire qu’à une chose : voir M. Sheffield demander Miss Fine en mariage. Ah ! J’allais faire un erreur : son autre souhait est d’empoisonner le plus possible la vie de CC. Babcock. A eux deux, les réparties fusent à une rapidité incroyable. C’est à celui qui essayera d’humilier l’autre le plus possible ou à lui faire perdre tout discrédit. Perdre CC en Sibérie ravirait Neils… Au lieu d’effectuer les différentes tâches qui lui incombent, il passe son temps à épier M Sheffield par le trou de la serrure ou sur le balcon en mimant de balayer par exemple. Ses indiscrétions se révèlent souvent fort utiles à Fran. Il rêve aussi de participer un jour à un des spectacles produits par M Sheffield.

CC Babcock –Lauren Lane :
CC : prononcer ‘Sissi’, CC étant les premières lettres de Chasteté-Claire. C’est une jolie blonde, assez grande mais au goût vestimentaire radicalement différent de Miss Fine. CC est la collaboratrice de M Sheffield. Elle tombe toujours plus bas quand elle apprend qu’il a laissé passé Cat’s ou encore Hair… Ses passes temps favoris : enfoncer Neils, s’enrichir, essayer de séduire M Sheffield, tenter de faire renvoyer la nounou. Sa jalousie envers la nounou est féroce. Elle est parfois généreuse mais c’est si rare que j’en ai oublié les épisodes. Ah si Maxwell pouvait la demander en mariage…

Val –Rachel Chagall :
Il s’agit de la meilleur amie de Fran, une amie d’enfance inséparable. Elle a oublié de se marié, elle sera l’éternelle célibataire. Son trait principal est sa bêtise, parfaitement insondable. Sa naïveté est incalculable. Il est possible de lui faire avaler n’importe quelle histoire sans même mettre un peu de conviction. Tellement facile de la faire tourner en bourrique…

Sylvia Fine –Renée Taylor :
Nous avons là la mère de Fran. C’est une très ronde blonde. A voir ses tenues ‘discrètes’, on comprends mieux de qui Fran tient… Elle a but dans la vie : marier sa fille, de préférence à un homme riche, très riche. Une mère juive se doit de caser sa fille dans les bras d’un homme bien ‘assis’… Elle est possessive et omniprésente. A part marier sa fille, elle passe son temps à manger, et son QG se trouve dans la cuisine des Sheffield. Son remède contre les attaques cardiaques est une cuillère de nappage au chocolat… Elle mange à tout heure du jour et de la nuit. Seul la nourriture lui permet de se taire. Son nouvel ami d’opportunité est Neils, à cause de son rôle de cuisinier… Elle accorde un intérêt tout particulier pour tout ce qui est gratuit ou qui peut se ramener à la maison dans son sac à main !

Maggie –Nicole Tom :
La fille aînée de Maxwell. Comme tant de jeune fille américaine de son âge, elle rêve du prince charmant, elle essaie l’école buissonnière, tente de cultiver l’art de la séduction comme sa nounou et obtient facilement son aide dès qu’il s’agit de sortir ou de leurer son père trop paternaliste.

Brighton –Benjamin Salisbury :
Il s’agit du cadet des enfants Sheffield. Ses obsession : les filles, les filles et les filles. Il ne voit pas l’utilité des études et encore moins du travail, il sera le riche héritier… Faire chanter sa sœur aînée est aussi dans ses passes temps favoris, ou encore faire enrager sa petite sœur. Il a lui aussi comme complice ou confidente Fran.

Grace –Madeline Zima :
C’est la petite dernière. Elle idolâtre Fran et va jusqu’à imiter avec efficacité sa voix et ses postures. Son principal centre d’intérêt est la psychologie. Elle a commencé une thérapie dès son plus jeune âge et il lui arrive d’expliquer les attitudes des uns ou des autres avec des formules à faire pâlir freud.

Yeta –Anne Guilbert :
Mère de Sylvia et grand-mère de Fran, elle est excentrique et habillée de façon encore plus voyante que les deux générations suivantes. Moins elles sont jeunes, plus on les remarque… Autre détail, elle est aussi épaisse qu’une crevette et porte des lunettes dont les verres sont comparables à des culs de bouteille. Elle est toujours en total décalage avec la conversation de ceux qui l’entourent. Demandez-lui quelle heure il est et elle vous répondra qu’elle vient d’acheter un nouveau maillot de bain. Elle est suffisamment bizarre pour réussir à se marier avant sa petite fille.

D’autres personnages interviennent de façon ponctuelle. Certains parmi eux sont des célébrités américaines. Quelques exemples de guest stars :
Pamela Anderson, Jane Seymour et Joe Lando (Dr Quinn), Rosie O’Donnell, les principaux acteurs des Feux de l’Amour, Donald Trump, Céline Dion, Harry Hamlin, Michael Bolton, Scott Baio, Joan Collins (Alexis, Dynastie), Ray Charles, Cher, Coolio, Elisabeth Taylor, Barbara Streisand…

Cette sitcom se découpe en 6 saisons de 146 opus en tout. L’ensemble est produit par Fran Drescher elle-même, qui s’est aussi chargé d’écrire le scénario avec son mari.

La principale ficelle de cette sitcom est l’humour.
Les dialogues sont rapides et plutôt efficaces. Plusieurs vies se mêlent mais tout tourne autour de Fran et de l’hypothétique mariage avec Maxwell. L’ensemble des scènes, à quelques exceptions près, se déroulent dans la maison des Sheffield et plus particulièrement dans le séjour et la cuisine. Quelques scènes croustillantes ont aussi lieu dans l’appartement de Sylvia.
Les querelles interminables entre CC et Neils sont un pur régal, Neils est d’ailleurs le personnage que j’affectionne le plus. C’est le piment qui donne du ressort à toutes les aventures.
Les épisodes ne sont pas tous égaux mais l’ensemble donne une série presque toujours hilarante, même si on peut regretter que la dernière saison soit moins drôle. Il ne faut pas se prendre au sérieux pour apprécier cette série.

Un excellent antidépresseur ! Chacun est un peu une caricature. Ils sont attachant mais plus particulièrement Miss Fine pour qui on ne souhaite qu’une chose :

« Maxwell, vas-y ! Epouse là ! »

8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>