Une place pour Twilight 3, s’il vous plaît !

Et oui, il faut bien se sacrifier pour ses chers internautes chéris de mon cœur. Ticket déchiré, pop-corn embarqué, folles en rut courant dans la salle 4 évitées, je m’installe tranquillement dans mon fauteuil de feutrine rouge (ou plutôt en enjambant les petites sandalettes des adolescentes qui s’étaient pomponnées à l’occasion, comme si elles allaient rencontrer « Robèèèrt » en personne).

« Tu verras, il est mieux que le deuxième volet », m’a t’on dit avant mon périple rajeunissant d’2h06. Et bien vous savez quoi ? A ma grande surprise, le volet 3 est… Mieux que le deuxième !

Cette année « Bellaaa » (oui, il faut le prononcer avec une longue expiration vampirique) est soumise à un choix : d’où le bien nommé « Hésitation ». Elle doit choisir entre succomber au beau et bodybuildé Jacob ou s’engager définitivement avec son beau vampire Edward en se liant à lui corps et sang.

Derrière la fioriture cornélienne se trame une guerre sans merci entre le clan des Cullens (SOS rappel : la famille d’Edward, soit les adorables petits vampires en pleine rédemption) et le clan de Victoria. Cette méchante vampire rouquine crée une armée de jeunes vampires, forts et assoiffés de sang pour tuer Bella afin de venger son petit ami James, jeté auparavant en petits morceaux dans les flammes par les Cullens. Impossible à comprendre sans avoir vu les précédents films.

Je regrette toutefois que certaines aspérités du livre n’aient pas été mentionnées. Le film passe à la trappe la profondeur des personnages (et oui, on ne comprend pas très bien comment et pourquoi Bella « hésite » justement, ce qui est tout de même la quintessence de ce volet). Je décerne toutefois ma palme de l’impudeur pour l’exhibitionniste Jacob qui n’en manque pas une pour se mettre tout  nu (accompagné d’un mélange de petits cris d’extase dans la salle et de soupirs en disent long sur ce personnage à la fois  inaccessible et luisant de végétaline).

Niveau romantisme et bon sentiment, on a notre quotat, mais après tout, c’est ce que l’on recherche dans ce film assez fidèle au livre. D’ailleurs un passage m’a tiré une larme des yeux,  je ne sais s’il y avait trop de poussière dans mon vieux cinéma de quartier ou si réellement cette scène supplantait ma demande en mariage cinématographique préférée, à savoir celle de « Ma meilleure ennemie » de Chris Colombus avec Julia Roberts et Susan Sarrandon.

« Allégorie de l’éveil sexuel » pour les uns, « plaidoyer du vœu d’abstinence » pour les autres, dans tous les cas, Twilight ne vous laissera pas de marbre, même si les critiques ont été assassinent.
Le film vaut en effet le détour et au passage mes 5,60€ (tarif étudiant). Oui Twilight 3 est un « BOqNjd » film (oui c’est difficile à dire mais il faut l’admettre), même s’il ne détrônera jamais dans mon top 3 de films de vampires : Dracula de Coppola, le Bal des Vampires de Polanski et Entretien avec un Vampire avec le beau Brad Pitt.
Pour les plus tordus d’entre vous, je vous propose de regarder Vampires Suck, la parodie de Twilight, un délice !

 

Twilight: C’est un beau roman, c’est une belle histoire

Twilight Tentation : un film qui a les crocs!

Twilight: même la BO vous vampirise !

 

 

Emeraude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>