WeLoveWords : le 1er réseau social réservé aux apprentis écrivains

WeLoveWords : le 1er réseau social réservé aux apprentis écrivains

Comme le précise le message transmis lors du lancement du réseau : Welovewords s’inscrit dans la nouvelle vague des réseaux de partage sur internet. La toile étant devenu un outil de communication incroyable, désormais les artistes peuvent partager leur talent et surtout se faire connaitre. Alors que Myspace permet à de nombreux compositeurs et/ou interprètes de percer et que Youtube et DailyMotion offre une place privilégiée pour que les apprentis cinéastes diffusent leur vidéos, pourquoi ne pas lancer un concept de plateforme destiné aux auteurs souhaitant dévoiler leurs écrits ?

Après avoir établi ce constat et s’être rendu compte, d’après une étude, qu’environ 1 français sur 3 rêvait d’écrire, le créateur Guillaume Goyard s’est lancé dans le projet ambitieux de créer un site communautaire entièrement dédié aux amoureux des mots. Pour lui, « le texte est un objet social, un objet transportable, ce n’est pas seulement une suite de mots ». Et il semblerait qu’il est vu juste puisque son site possède déjà environ 1500 membres pour l’instant. L’objectif étant de passer à 5000 membres d’ici la mise en place de la formule définitive du site prévue en 2011.

Ce qui séduit dans ce concept, c’est la possibilité d’obtenir une vitrine facilement sans devoir passer par le système complexe et difficilement accessible du marché du livre. C’est un outil de communication rêvé pour les auteurs en auto-édition. De plus, le site propose une sorte de place du marché« le marché des mots » où les membres peuvent obtenir des appels d’offre, ainsi il est plus facile pour un auteur de trouver un éditeur, pour un scénariste d’intéresser un réalisateur, pour un parolier de chercher un compositeur prêt à mettre en forme la chanson en musique et vice et versa… Chaque écrivain dispose de son espace personnel où il peut poster ses écrits, noter des textes, les archiver et les classer. Mais ce qui est à la fois rassurant et attrayant dans le concept, c’est la possibilité d’acheter un certificat qui permet de se protéger des plagiats et de faire valoir ses droits d’auteur. De la même manière que le certificat de l’INPI le « WordProtect » est un fichier téléchargeable qui assure l’horodatage et permet ainsi une protection de l’œuvre et de son auteur ; le certificat a été constitué avec le conseil d’avocats et de juristes. Un avantage non négligeable au regard de la législation encore très floue sur les cas de plagiat.

Les certificats constituent pour l’instant le seul moyen d’obtenir des recettes pour la petite équipe derrière ce réseau. Mais cela n’apparait pas suffisant, le créateur envisage ainsi de, peut être, passer en service payant par la suite comme beaucoup de site de partage l’ont déjà fait.

Afin d’agrandir la communauté et d’augmenter sa notoriété, le site organise régulièrement des concours destinés aux amateurs et confirmés souvent en partenariat avec des entreprises concernés par la découverte de talents (Universal Music, SFR Jeunes Talents). Ainsi sur le blog Doyoulovewords, vous pouvez trouver tous les concours organisés par le site. Parmi les derniers en date : à l’occasion du Marché de la Poésie un concours de poésie a été organisé les deux gagnants verront leur texte affiché sur la Place Saint Sulpice ; un concours intitulé « E-KU » proposait sur la même idée que les haïkus japonais, d’assembler du texte avec de l’image et du son afin de montrer la possible cohabitation entre les écrits et les nouvelles technologies.

On salue la pertinence et l’inventivité du concept de plateforme même si des sites dans le même esprit existent déjà : Rezobook, Auteurs en Herbe… Il permettra peut être de relancer le goût de la lecture chez les internautes. Seule interrogation qui entoure le réseau : le titre en anglais alors que le site se veut être la première plateforme communautaire francophone destinée aux auteurs.

Agnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>