X-Fringe ou F-Files?

L’homme n’a plus rien à prouver. Ses précédentes séries ont toutes été des succès. De Felicity à Lost en passant par Alias, le C.V. d’Abrams est déjà bien chargé. Après quelques essais au cinéma (Mission Impossible III, Cloverfield et prochainement Star Trek XI), le voilà de retour à la télévision. Et c’est bien évidemment pour la FOX qu’il pond un nouvel oeuf en or. Dans la veine d’Alias, Fringe reprend l’idée d’une agence gouvernementale, d’une cellule secrète et d’un thème précis. Pas question ici d’être spectateur d’enquêtes classiques. Bien sur il y a des meurtres, certes il y a des enlèvements, mais le tout est relevé par l’ingrédient d’une science fantasmée et une mythologie prédominante souvent chère à Abrams. Télépathie, armes chimiques expérimentales, expériences à cobayes humains, tout y passe. Et les images illustrent souvent à merveille le propos évoqué.

          C’est ici un véritable atout de la série : la qualité des prises de vue et les effets spéciaux. Il faut dire qu’avec un budget de 10 millions de dollars uniquement pour le pilote, Abrams & Co. pouvaient se permettre de placer la barre très haute. En résulte des scènes chocs, qui se rapprochent parfois du gore. Ames sensibles…ne vous abstenez pas pour autant. Fringe a bien d’autres qualités. Le casting notamment, avec une tête connue en la personne de Joshua Jackson. Les nostalgiques de Dawson seront ravi d’assister au retour du charmant Pacey. Pour le reste, le compagnon de la belle Diane Kruger est bien accompagné. Si il interprète avec brio un jeune trentenaire doté d’un QI de 190 et – il faut le dire - un peu branleur, c’est bien John Noble qui impressionne par son jeu. Il interprète le Docteur Walter Bishop, père du personnage de Joshua Jackson dans la série. A la croisée d’un Frankenstein et d’un Einstein, ce génie est autant aliéné qu’imprévisible. En résulte un étrange résultat, touchant au possible et toujours près à vous donner le sourire. La touche féminine est apportée par l’agent spécial Olivia Dunham, femme courage qui rappelle fortement le personnage de Sidney Bristow, belle héroïne de Alias. Les seconds rôles ne sont eux pas en reste, et c’est bien la justesse de jeu de l’ensemble du casting qu’il faut saluer.

         Une demi-douzaine d’épisodes ont déjà été diffusés outre Atlantique, et la Fox a confirmé la série pour une saison entière de 22 épisodes. Voilà qui est prometteur quand on sait à quel point il est difficile de convaincre si tôt dans l’année les networks américains. Fringe, nouvelle série prometteuse, devra survivre à l’épreuve du temps pour devenir une valeur sûre du programme télé et s’assurer dignement la succession de X-Files. Pour les plus impatients, ruez vous sur internet (la version originale sous-titrée est largement conseillée). Pour les autres, la série devrait débarquer en France avec les premières soirées d’été, vraisemblablement sur TF1. Enjoy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>